dimanche , 14 octobre 2018

Florent Houzot (beIN Sports) : « Notre objectif est de durer » (2e partie)

crédit photo : Panoramic

crédit photo : Panoramic

Florent Houzot est directeur de la rédaction de beIN Sports. Il nous accordé un long entretien pour parler de la chaîne en cette rentrée stratégique. Florent Houzot a détaillé la nouvelle saison de beIN Sports dans la première partie de cet entretien. Deuxième partie : les droits, les programmes et le futur de la chaîne.

Etes-vous satisfaits de vos droits actuels ?

On a les atouts pour satisfaire et continuer de fidéliser nos abonnés. Nos droits actuels, nous les avons pour plusieurs saisons, la Coupe du Monde 2022 sera sur beIN Sports, on est les seuls à pouvoir dire que la Ligue 1 est sur beIN Sports jusqu’en 2024, nous sommes le diffuseur connu en France pour le prochain cycle 2020-2024. Nos abonnés sont rassurés et savent qu’ils vont encore pouvoir profiter de beIN Sports, il y a de quoi faire.

Vos droits de tennis ATP se terminent à la fin de cette année. Vous souhaitez les reconduire ?

Tous les droits nous intéressent, ce sont évidemment des choses qu’on regarde à chaque fois et qui répondent à des critères internes de business. On y répond ou pas en fonction de ses critères au moment où tel ou tel type de droit arrive sur le marché.

Nous avons noté l’absence de la Coupe d’Allemagne et de la Coupe d’Espagne dans le dossier de rentrée. Vous ne diffusez plus ces compétitions cette saison ?

Ce sont des droits qui sont toujours en cours de discussion, et qui n’ont pas été renouvelés pour le moment.

Vous avez des négociations en cours pour un sous-licence en clair du Superbowl ?

Nous avons acquis les droits en payant de la NFL, et c’est ce doit être la NFL qui gère directement les ventes pour les chaînes gratuites. La NFL a d’ailleurs repris sur beIN Sports début septembre, pour la 7ème saison, nous sommes fidèles aux compétitions que nous diffusons. Est-ce que cette saison le Superbowl sera en exclusivité sur beIN Sports ou en co-diffusion sur une chaîne gratuite ? Je ne sais pas.

Que pense-vous de l’évolution de la Coupe Davis, en tant que diffuseur ?

La Coupe Davis a souhaité changer son format, nous sommes en contrat avec l’ITF (Fédération Internationale de Tennis) pour plusieurs saisons. Nous allons avoir prochainement des discussions avec eux pour en savoir plus sur cette nouvelle compétition. On ne sait même pas quand elle aura lieu, on parle d’une semaine de compétition en septembre ou en novembre.

Vous proposez cette année le Match Center sur beIN Sports 4, pour certains matchs de football. Pourquoi pérenniser cette offre sur toute une saison ?

On a lancé le Match Center pour l’Euro 2016, on l’a renouvelé cette année pour la Coupe du Monde, on s’est rendu compte que c’était un service qui plaisait. C’est une autre façon de regarder un match de football, c’est complémentaire du traitement traditionnel sur beIN Sports 1 ou 2. C’est une forme de second écran directement sur la télévision, pour les fans de statistiques et de tactique. C’est un service qui a trouvé son public, et nous le proposerons sur certains matchs du weekend : le match de Ligue 2 du samedi, la grosse affiche européenne de Game Of The Week, et sur les 2 matchs de Ligue 1 du dimanche après-midi.

Avec toutes les chaînes d’information et les réseaux sociaux, pourquoi garder une matinale quotidienne sur beIN Sports ?

La force d’une matinale, surtout le weekend, c’est de mettre en avant notre catalogue de droits, tant en exploitant les images des compétitions qu’en faisant la promotion des événements du jour. Certains weekends, vous avez des directs sur nos 10 canaux (3 chaînes et 7 canaux évènementiels). Vanessa Lemoigne et Thomas Villechaize font leur retour cette saison dans la matinale du weekend, ils s’étaient retrouvés pendant la Coupe du Monde pour animer la matinale, ça aurait été dommage d’attendre 4 ans pour les retrouver à l’antenne.

Le weekend, la grande continuité de direct s’appelle Champions Arena, sur beIN Sports 2. Vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Le weekend, il y a énormément de football sur l’ensemble de nos chaînes, Daren Tulett et son consultant seront là pour faire le zapping des abonnés, en sélectionnant les plus belles affiches du jour, tout en proposant le tour des stades et le tour des autre chaînes beIN Sports. C’est un énorme multiplex pour montrer à nos abonnés le volume de nos droits, pour qu’ils soient sûrs de ne rien manquer des directs en cours.

Comment vous allez articuler cette grande continuité avec le Game Of The Week d’Alexandre Ruiz ?

Ces 2 émissions sont complémentaires, et ne seront jamais en frontal. Par exemple, fin septembre, Darren Tulett proposera plus de 5 heures de direct, avec notamment le derby romain en Serie A et le choc Juventus / Naples, tout en gardant des rappels sur les matchs allemands de l’après-midi et le match de Barcelone de 16h15, diffusés sur les canaux beIN Sports Max en intégralité. Puis Alexandre Ruiz enchaînera à 20h45 avec le derby de Madrid en Liga. Darren Tulett sera en plateau pour accompagner tous ces directs, et Alexandre Ruiz sera en bord terrain à Madrid pour faire vivre le match.

BeIN Sports 4K est de retour sur la TV d’Orange depuis début septembre. C’est important pour vous l’évolution technologique ?

Nous produisons des matchs en 4K, et si nous avons la possibilité de les distribuer, nous le faisons. Ce sont les opérateurs qui décident ensuite de les proposer à leurs abonnés. Ce sera le cas en général du match de Ligue 1 du dimanche à 17h.

Etes-vous toujours la plus grande chaîne de sport en France ?

Ce n’est pas juste un discours commercial, nous avons le catalogue de droits le plus riche et le plus varié, et ce qui fait la force de beIN Sports c’est également ses incarnations et l’offre de ses magazines. On nous donnait 6 mois d’existence en 2012 quand nous nous sommes lancés, nous avons fait le million d’abonnés en 6 mois, et aujourd’hui en 2018 nous avons passé les 4 millions d’abonnés. Nos actionnaires et dirigeants travaillent dur en amont pour nous mettre à disposition ce catalogue de droits, à nous de les exposer et de les promouvoir au mieux. Notre objectif est de durer, depuis le début, le discours n’a pas changé, nous avons sécurisé des droits jusqu’en 2024, avec toujours le but de satisfaire et de conserver nos abonnés.

A propos de Nicolas Chambaud

Spécialiste médias et sport, passionné par l'actualité internationale, le numérique et les enjeux des nouveaux modes de diffusion et de consommation du sport

2 commentaires

  1. Durer. en perdant des marchés ?!!!

  2. Bonjour apar que bein sport a perdu la ligue des champions et europa ligue et ici 2 ans que 2 matchs de ligue 1 ça commence à faire beaucoup vous croyez pas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.