Droits TV Coupe de France (2022-2026) : Faites vos jeux

La Fédération Française de Football attend ce mercredi matin les offres des diffuseurs intéressés.

Qui diffusera la Coupe de France ces quatre prochaines saisons ? La question mérite d’être posée tant la consultation lancée en ce printemps par la FFF comporte des parts d’incertitudes. Eurosport et France Télévisions diffusent solidairement la compétition depuis 2006 désormais, succédant alors à TF1 et Eurosport. Le montant des droits a constamment augmenté, pour atteindre 22 M€ sur le cycle en cours, contre 14 M€ il y a quinze ans. En parallèle, l’offre en gratuit s’est fortement étiolée, pour ne concerner plus qu’un seul match à partir des 16èmes de finale en dehors des clubs ultra-marins.

La fédération peut être reconnaissante d’avoir bénéficié du travail d’Eurosport pour assurer une production désormais intégrale de la compétition à partir des 32e de finale. Cependant, certains choix de diffusion limitant la visibilité de matchs d’envergure ont pu irriter. Surtout, les diffuseurs se sont, comme partout ailleurs, brouillés avec l’ayant droit suite aux matchs annulés pour cause de Covid lors de la saison 2019/2020 et suite à la refonte du format de la saison suivante. Ils ont depuis négocié et obtenu une ristourne.

Eurosport et France Télévisions repartent ensemble

Il est difficile de penser que ces éléments auront un impact majeur dans la décision qui sera prise après ouverture des enveloppes. En effet, la fédération semble surtout décidée à maintenir ses revenus dans un contexte complexe, marqué par une négociation très dure pour les droits de l’Équipe de France avec TF1 et M6. Les 4 matchs de Ligue des Nations prévus en juin ne sont pour l’heure toujours pas officiellement attribués.

Parallèlement, le contexte économique pèse sur France Télévisions, alors que Discovery, maison mère d’Eurosport, veille sur les moindres dépenses en droits non-négociés à l’échelle européenne. Cependant, ce droit permet de respecter une partie des exigences de Canal+ dans le cadre du contrat de distribution, et sa perte nécessiterait de le compenser par un droit comparable. Les diffuseurs sortants ont bel et bien remis une offre commune, sans que l’on n’en connaisse l’ambition.

L’ombre d’Amazon pour faire monter les enchères

Face à cela, Noël le Graet et ses équipes attendent un seul nom, Amazon. Le groupe de e-commerce, présent en France via les droits de la Ligue 1, aurait fait part de son intérêt, et ne devrait pas avoir de souci à respecter les exigences financières de la FFF. Reste à maitriser la partie qualitative de l’offre. Au delà des millions d’abonnés Prime, la FFF pourrait apprécier une sous-licence à un acteur linéaire gratuit qui ne se limite pas à la Finale, inscrite sur la liste des évènements majeurs. L’offre déposée ce matin pourrait d’ores et déjà être réalisée aux côtés d’un acteur gratuit. On pense évidemment à La Chaine L’Équipe, partenaire d’Amazon sur le plan éditorial, mais aux moyens plus limités. M6 pourrait également saisir l’opportunité.

Enfin, les autres prétendants ne devraient pas être légions. Canal+, co-diffuseur avec TF1 jusqu’en 2002, a traditionnellement laissé Eurosport sur ce dossier, et aborde la consultation en froid avec le football français. Du côté de beIN SPORTS, il n’y a jamais eu de volonté de récupérer la Coupe de France. RMC Sport, enfin, constitue la grosse côte, tant sa stratégie est difficile à lire, et alors que la chaine devrait perdre la Premier League la saison prochaine, aucune prolongation de la sous-licence avec Canal+ qui a prolongé les droits exclusifs n’ayant été évoquée.

Voici donc ce qui attend, ou pas, les équipes de la FFF à l’ouverture des plis. Si les offres sont fructueuses, l’attribution pourrait être très rapide, un comité exécutif de la fédération étant programmé ce jeudi. Dans le cas contraire, cela constituerait une incertitude supplémentaire pour le football français, qui commence à s’y habituer.

2 commentaires

  1. La FFF a déclaré infructueux son appel d’offres et va négocier de gré à gré.

    Le processus de la FFF manque de transparence. La FFF aurait dû travailler sur la programmation de la Coupe de France pour attirer les diffuseurs.

    Parmi les grandes nations européennes, c’est en France que la Coupe nationale est aujourd’hui la plus mal médiatisée, avec un nombre de réduits de matches en clair.

  2. Il faut vraiment espérer que ce nouvel appel d’offres, quelque soit le vainqueur même s’il faut espérer qu’Amazon n’arrive pas à ses fins, permettent de redonner un peu de lustre à la Coupe de France, qui ne subit plus la concurrence d’une Coupe de la Ligue qui a longtemps été mieux exposée et plus lucrative. Un seul match en clair à partir des 16emes avec un maigre multiplex lors des 32emes, ce n’est clairement pas suffisant pour une telle compétition.

    Je ne pense pas qu’on ira jusqu’à suivre l’exemple anglais, avec la FA Cup qui est uniquement diffusée en clair sur ITV et la BBC, mais avoir quatre à six matchs en 32emes, quatre en 16emes, deux en huitièmes et en quarts avec premier choix à chaque fois, les deux demi-finales et la finale en clair, mais pas sur une base exclusive comme actuellement, ne serait vraiment pas un luxe. Surtout dans un contexte de perte de visibilité de la Ligue 1.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer