vendredi , 14 août 2020

Allemagne : La Bundesliga lance son appel d’offres pour la période 2021/2025

La consultation est particulièrement surveillée par l’autorité locale de protection de la concurrence.

Après de nombreux mois d’élaboration, et alors que le trust anticoncurrentiel a sommé à plusieurs reprises la DFL de revoir sa copie, la ligue allemande vient de publier le contenu de l’appel d’offres pour les droits domestiques de ses compétitions majeures, la Bundesliga, la deuxième division et la Supercoupe.

La consultation est ainsi particulièrement étoffée, pour appréhender les spécificités d’un marché particulièrement friand de football. Ainsi, des lots ont été élaborés afin de satisfaire les principaux acteurs locaux, qu’ils soient gratuits ou payants. Le diffuseur satellite Sky, détenteur actuellement de la quasi intégralité des droits, a le plus à perdre dans la bataille.

Sky attaquée par DAZN et bientôt Amazon

Pour rappel, le marché allemand évolue rapidement. Le quasi-monopole de Sky voilà quelques années est sérieusement remis en cause. L’arrivée de DAZN en 2018 sur les droits de la Ligue des Champions n’était pas un feu de paille. L’été dernier, la plateforme a confirmé son investissement en récupérant le lot d’Eurosport sur la Bundesliga. En 2017, l’Autorité de la Concurrence avait en effet refusé une attribution exclusive des droits à la faveur de Sky. Il avait donc fallu créer un lot secondaire à céder à un tiers, Eurosport donc. Plus récemment, les droits de la Ligue des Champions ont été confirmés pour DAZN, cette fois ci avec les affiches auparavant propriété de Sky, le reste des matchs ayant été attribués à Amazon.

Aussi, Sky se retrouve sérieusement bousculé par de nouveaux acteurs qui font exploser les prix, à l’image de Deutsch Telecom qui s’est offert pour un montant remarquable les droits de l’Euro 2024. Conséquence, les chaines gratuites, pourtant très puissantes avec le service public en tête de proue, souffrent, et doivent consentir à perdre des droits ou des exclusivités.

Un découpage en 4 lots principaux et un monopole interdit

Concernant la diffusion en direct de la Bundesliga, 4 lots principaux ont été élaborés. Les deux premiers (A et B) sont similaires, et concentrés autour du multiplex de 5 ou 4 matchs le samedi à 15h30. Le troisième (C) proposera l’affiche du week-end prévue le samedi à 18h30. Le dernier concentrera les 3 ou 4 matchs programmés le vendredi à 20h30 et le dimanche à 15h30, 17h30 et parfois à 19h30, en remplacement des cases horaires du dimanche 13h30 et du lundi 20h30 qui sont abandonnées.

Ces 4 lots sont réservés à des acteurs payants. Si un unique acteur linéaire venait à empocher l’ensemble de ces lots (au hasard Sky), une sous-licence de co-diffusion pour les deux lots les moins intéressants serait réalisée par la Bundesliga à la faveur d’un acteur d’Internet (comprenez DAZN ou Amazon). Dans le cas inverse d’un monopole d’un acteur non linéaire, seul un lot serait remis sur le marché en co-diffusion, cette fois-ci au bénéfice d’un acteur traditionnel.

La présence en clair renforcée

En outre, un lot a été spécifiquement taillé pour un acteur gratuit, avec 9 matchs par saison. Actuellement, c’est la ZDF qui assure la visibilité en clair d’un match de lancement. Dès 2021, le nombre de matchs sera bien plus important, avec 3 matchs de saison régulière de Bundesliga (sur la journée de lancement, la dernière journée avant Noël et sur la journée de reprise), un match de la journée de lancement du championnat de deuxième division, la Supercoupe et les barrages d’accession/relégation entre les 3 premières divisions allemandes.

De nombreux autres lots ont été conçus, notamment pour traiter du championnat de deuxième division, des extraits, résumés, des droits Audio ou encore, et c’est une nouveauté, des « droits digitaux hors foyers » pour utiliser les images des matchs dans le cadre de publicités digitales.

Verdict pas avant la fin du mois d’Avril

L’ensemble de la procédure va s’étaler sur de nombreuses semaines, alors que les acteurs ne prennent connaisance des lots qu’en ce début mars. La phase critique des négociations financières est prévue entre le 27 avril et le 8 mai prochain. La ligue espère bien entériner le choix des diffuseurs jusqu’en 2025 le 11 mai prochain en assemblée générale.

Au delà d’une possible réaction de l’antitrust local qui pourrait demander des modifications, reste à savoir si la procédure sera fructueuse et permettra d’atteindre les prix de réserve souhaités par les clubs. Sachant que les exigences de production sont à la hausse (176 matchs en 4k) et que l’exclusivité s’annonce limitée, difficile de savoir si les prix augmenteront. Le championnat est valorisé actuellement 1,16 Md€ par saison pour un total de 1,44M€ de droits audiovisuels en intégrant les revenus internationaux qui seront également renégociés à l’échéance 2021. Il est à noter que la consultation lancée comprend plusieurs marchés annexes à l’Allemagne, dont l’Autriche et la Suisse.

De fait, si tout le monde devrait y trouver son compte, la répartition des lots entre les vainqueurs et le montant obtenu seront particulièrement scrutés. Ils permettront sans doute d’appréhender au mieux l’avenir de ce marché, et particulièrement la solidité de Sky pour qui le concept de monopole est devenu un mirage bien lointain.

A propos de R.M.

Avatar

Un commentaire

  1. Avatar
    Fabien Lapalud

    des informations sur le résultat de l’appel des droits pour la Suisse ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :