lundi , 12 novembre 2018

Droits TV : La Premier League, dernier ravitaillement avant le big bang en France

premier league illustration

L’attribution de la Premier League sur la période 2019/2022 est le premier test depuis celui de la Ligue 1

C’est le dernier droit football premium dont l’avenir de sa diffusion française n’est pas encore scellé. Après les Coupes d’Europe qui seront entre 2018 et 2021 sur RMC Sport, La Ligue 1 dont les principaux lots du contrat 2020-2024 ont été obtenus par Mediapro et beIN SPORTS et les championnats Espagnols, Italiens et Allemands sécurisés par beIN SPORTS à long terme, vient le tour de la Premier League.

Le championnat anglais, le plus lucratif au monde, est encore au moins pour cette saison diffusé en exclusivité par RMC Sport. Le groupe Altice avait à la surprise générale subtilisé ce droit à Canal+ contre 115M€, terrassant par surprise la chaîne cryptée au jeu de la surenchère.

Une valeur multipliée par 16 en moins de 10 ans

Car si il y a un terme pour illustrer l’historique des droits de la Premier League en France, c’est bien celui-ci. Depuis la fin des années 90, Canal+ diffuse des rencontres du football anglais, à l’époque via la chaine Sport+. En 2004, TPS, le concurrent de l’époque sur le satellite s’est offert ce droit, espérant alors en faire un produit d’appel important. Le montant fut alors estimé à 9M€, soit le double de ce que payait Canal+.

La chaîne cryptée n’a pas eu longtemps à attendre pour offrir à nouveau le championnat anglais à ses abonnés puisque suite à la fusion avec TPS en 2007, le retour à une situation de monopole a permis à Canal+ de récupérer à moindre frais ce championnat.

En 2010, face à la menace d’Orange Sport, le groupe Canal a consenti une nette revalorisation du chèque pour sécuriser ce droit. De 7M€ par saison, l’investissement est passé à 27M€. Même topo trois ans plus tard avec un nouvel acteur bien plus coriace apparu en 2012, beIN SPORTS. Canal+ frappe alors un grand coup en proposant 63M€ par saison. Cette somme paraîtra bien dérisoire fin 2015 face aux 115M€ avancés par Altice pour récupérer les matchs.

Que ce soit pour tenter de conquérir le marché ou pour défendre sa position, la Premier League représente depuis 15 ans un outil précieux de démarcation pour les chaines à vocation sportive. Tel un témoin de l’évolution exponentielle du marché, la Premier League a souvent réservé des surprises et vu sa valeur croitre en un rien de temps.

4 diffuseurs premium pour un enterrement ?

Qu’en sera-t-il cette année, alors que le paysage n’a jamais été autant fragmenté et incertain ? En matière de football, les positions devraient se figer à l’issue de cette attribution jusqu’en 2021. Il ne restera à attribuer dans les prochains mois plus que la Ligue 2 et la Coupe de la Ligue pour la période 2020/2024, des droits complémentaires mais insuffisants pour monter une offre football crédible.

Les jeux seront alors totalement distribués aux divers acteurs. beIN SPORTS, avec la Ligue 1 jusqu’en 2024 les championnats italiens et espagnols jusqu’en 2021, a de beaux atouts. RMC Sport, diffuseur de la Ligue des Champions et de l’Europa League jusqu’en 2021 pourrait perdre son atout « Week-end ». Canal+, dépossédé de Ligue 1 en 2020, est en position délicate. Enfin, Mediapro dispose du Joker avec 8 matchs de Ligue 1 que son patron assure vouloir diffuser sur une chaîne propre malgré les possibilités de sous licences.

4 acteurs principaux avancent sur un marché longtemps dominé par Canal+, destructeur de concurrence jusqu’en 2012. La situation est donc atypique, et il est difficile d’envisager que des mouvements de fusion et d’alliances n’aient pas lieu d’ici à 2020, faisant potentiellement disparaître un ou plusieurs acteurs du champ de bataille.

C’est pour cela que le contenu des offres remises ce mercredi à la Premier League par les diffuseurs français intéressés sera déterminant. Le grand perdant de l’appel d’offres de la Ligue 1, Canal+ et l’absent, RMC Sport, seront les deux diffuseurs les plus scrutés. Quelle sera la nouvelle valeur du championnat après la flambée des précédents cycles ? beIN SPORTS réussira-t-il à concentrer les 5 principaux championnats européens au sein d’une même offre ? Un acteur surprise viendra-t-il tout chambouler ?  Réponse imminente.

Évolution des Droits TV de la Premier League en France
Période Diffuseur Montant/an
2001/2004 logo canal+ 4,5 M€
2004/2007 TPS 9,0 M€
2007/2010 logo canal+ 7,0 M€
2010/2013 logo canal+ 27,0 M€
2013/2016 logo canal+ 63,0 M€
2016/2019 logo_RMCSPORT 115,0 M€
mediasportif
Données : Ministère des Sports

A propos de R.M.

7 commentaires

  1. Alors, si Bein n’a pas ce droit. Ce groupe de chaine en 2020 sera mort comme je l’avais prévu. Car sans le tennis sans la ligue des champions ou d’autres droits comme le cyclisme ce sera dure à 16 euros.

  2. C’est vert quelle heure

  3. C’est vers quel heure ?

  4. lafraiseblue

    And the winner is??

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.