dimanche , 14 octobre 2018

Darren Tulett (beIN Sports) : « J’aime cette idée d’ouverture à travers ce que je fais »

crédit photo : Panoramic

crédit photo : Panoramic

Darren Tulett est le « Mr Football Européen » de beIN Sports, comme il se présente lui-même. L’occasion de faire le point avec lui sur son émission du weekend autour des championnats européens diffusés sur la chaîne payante.

Vous présentez Champions Arena tous les weekends, c’est la grande continuité du football européen sur beIN Sports 2, pouvez-vous nous en dire plus ?

La promesse de cette émission est de suivre les plus grands clubs européens, tous les weekends, pendant toute la saison de foot. C’est une série, c’est une saga en quelque sorte, on suit le Real Madrid, on suit l’Atlético, le Barça, la Juventus, le Milan, l’Inter ou Naples, tout comme en Allemagne on suit le Bayern, Dortmund et tous les autres. Tous les champions du monde qui jouent dans ces championnats sont en direct sur beIN Sports. Et mon job est de faire une continuité entre tous les matchs, les grosses affiches que nous proposons en direct sur beIN Sports 2, tout en tenant au courant l’abonné de tout ce qu’il se passe pendant le weekend. On a plusieurs matchs qui sont en même temps, on est là pour montrer tous les buts des autres rencontres et pour aiguiller l’abonné vers ce qu’il aime regarder. On peut dire : « tiens, si vous aimez le football espagnol, allez sur beIN Sports Max 4 parce que Barcelone joue actuellement, et voilà d’ailleurs les buts qui ont déjà été marqués, ici sur beIN Sports 2 on va avoir… » et c’est comme ça tous les weekends pour suivre les plus grands clubs européens.

Quels sont les consultants de votre émission ?

Sonny Anderson, Jean-Pierre Papin, Bruno Cheyrou, Robert Pirès et Marcel Desailly, Patrice Ferri parfois aussi, ça tourne selon les pays et selon les rendez-vous.

Comment vous vous préparez pour faire autant de direct ?

On a la semaine pour ça, on envoie des journalistes faire des entretiens ou des reportages. Quand on sait qu’on va voir Juventus/Naples, peut-être qu’on va envoyer quelqu’un à la rencontre de Blaise Matuidi, pour avoir le point de vue d’un joueur impliqué dans ce match. Justement, cette saison, on essaye de suivre les champions du monde, on a comme but d’avoir tout le monde en interview pendant la saison. Quand on 2 ou 3 matchs en direct, il y a beaucoup de choses à préparer pour les avant-matchs et les mi-temps, caler les sujets. Pour les rencontres historiques ou les derbys, on va raconter l’histoire de ces matchs, pourquoi ces clubs ne s’aiment pas ou au contraire s’entendent bien, tout ce qui fait que le football est aimé par nos abonnés parce qu’il y a des histoires, parce qu’il y a l’Histoire du football. Et j’essaye de faire ça en français (rires). Mais quand on a le foot anglais, je peux glisser quelques mots en anglais.

Vous participez au choix des affiches pour Champions Arena ?

C’est un travail collectif pour décider ce qu’il est plus intéressant à proposer. On ne peut pas travailler trop en avance, car en Italie, par exemple, ou en Espagne, ils peuvent changer l’horaire ou même le jour, à 2 ou 3 semaines du match. Et aussi à cause de l’actualité de chaque championnat : aujourd’hui ce qui peut avoir l’air d’un match sans intérêt peut devenir dans 4 semaines un match capital, l’équipe est en difficulté ou l’entraîneur est menacé dans son rôle. On se met ensemble, avec Florent Houzot et Alexandre Ruiz, pour discuter de qui va faire quoi, et comment on va présenter tout ça.

En fait vous êtes la vitrine du football européen sur beIN Sports.

Je suis un des rares Anglais qui se considère comme européen, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai accepté la proposition de Florent Houzot de devenir Mr Foot Européen il y a quelques années (rires). J’aime cette idée d’ouverture à travers ce que je fais et ce que je dis, ma façon de présenter l’émission, c’est presque une philosophie d’être européen. J’aime bien dans Champions Arena de sauter d’un pays à l’autre, de suivre les histoires de clubs et de joueurs de pays différent, tout en ayant un oeil sur les Français qui jouent à l’étranger.

Vous avez d’autres projets pour beIN Sports ?

J’ai toujours des projets pour beIN Sports, mais je ne vais pas tout dire tout d’un coup (rires). Il y a toujours des idées et des discussions en cours, mais pour l’instant on est assez pris avec tous ces championnats qui se déroulent le weekend, mais aussi parfois en semaine. On prépare d’ailleurs pour la semaine prochaine des Journées décalées de championnats, tout comme la Coupe d’Angleterre, avec un Liverpool/Chelsea. On va mettre en place un multiplex géant pour tous ces matchs, c’était d’ailleurs une nouveauté beIN Sports, ça n’avait jamais existé en France de faire un multiplex de plusieurs championnats en même temps. On vous accueille dans votre canapé, pas besoin de zapper pour voir ce qu’il se passe dans les stades européens, on zappe pour vous entre toutes les rencontres qui sont en direct sur les autres chaînes beIN Sports. On peut être ensemble pendant 2 heures, et voir 50 buts.

Honnêtement, quel est le meilleur championnat cette saison ?

C’est le championnat espagnol, évidemment. Ce n’est pas un point de vue ou un avis, quand vous regardez les résultats ces dernières années, les clubs espagnols dominent les Coupes d’Europe. La saison dernière, le Real est champion d’Europe et l’Atlético gagne l’Europa League. Tout anglais que je suis, je suis obligé de vous dire que c’est l’Espagne qui domine. Mais peut-être que l’Italie va revenir, avec Cristiano Ronaldo qui est parti pour essayer de ramener la Ligue des Champions avec la Juventus.

Champions Arena, chaque samedi et dimanche sur beIN Sports 2.

A propos de Nicolas Chambaud

Spécialiste médias et sport, passionné par l'actualité internationale, le numérique et les enjeux des nouveaux modes de diffusion et de consommation du sport

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.