jeudi , 1 octobre 2020

Jean Resseguié: « Au départ je voulais être photographe… »

Jean-Resseguié-RMC

Jean Resseguié, vous êtes le commentateur football vedette d’RMC, pourriez-vous vous présenter rapidement pour ceux qui vous connaissent un peu moins ?
J.R : « J’aurais 51 ans le 29 octobre !!! Je fais ce métier de journaliste depuis l’âge de 22 ans avec un parcours assez atypique puisqu’au départ je voulais être photographe comme mon père ! Je passe des diplômes en ce sens et finalement, j’intègre une radio libre à Montauban pour « embrasser » une passion : la radio ! »

1ère partie : le parcours

Le nom de Jean Resseguié rime souvent avec RMC, avez-vous exercé dans d’autres médias ?
J.R :« J’ai fait mes armes à la Dépêche du midi, puis correspondant AFP, radio libre à Montauban où je débute aux commentaires avec des matches de troisième division de football puis Sud Radio quelques mois et enfin RMC depuis 1987 où j’ai été dans un premier temps correspondant infos générales à Toulouse avant de commencer réellement le commentaire des matchs de foot de L1 en 1989. »

– On connaît surtout votre facette de commentateur, un peu moins celle d’animateur et de chroniqueur. Des rôles que vous avez pourtant exercés dans l’émission Larqué Foot notamment, ou encore dans Luis Attaque. Quel rôle vous convient le mieux ?
J.R :« Ce que je préfère par-dessus tout, c’est le commentaire des matches mais j’aime bien aussi l’exercice de présentation aux côtés d’un consultant. De mes 10 ans de « Larqué Foot » j’en garde que des bons souvenirs et j’ai le privilège d’avoir travaillé avec tous les consultants « foot » de RMC auprès desquels j’ai énormément appris et surtout dans ma vision d’un match de foot. Après, dès que je peux, je viens mettre mon grain de sel dans une émission … »

– Exercez-vous aujourd’hui d’autres fonctions que celle de commentateur sportif au sein d’RMC?
J.R :« Grace à la structure RMC SPORT à laquelle j’appartiens, cela me permet de faire des interventions à BFM TV que ce soit en plateau/studio où lors des matches de football que je couvre pour RMC que ce soit pour la Ligue 1 , la Ligue des Champions ou l’équipe de France »

– Devenir commentateur sportif a-t-elle toujours été votre première ambition et en avez-vous d’autres?
J.R :« C’est le foot et le parcours des verts du capitaine Larqué qui m’ont donné l’envie de faire ce métier. J’ai 13 ans, je suis au fond de mon lit et j’écoute Radio Monté Carlo (Spindler – Beaune etc …) qui commente les exploits de St Etienne. J’écoute sur les grandes ondes à l’époque, pas de FM et je garde des souvenirs d’enfance extraordinaire. Et … 26 ans après je travaille avec Jean-Michel Larqué ! »

2ème partie  : Le métier

– Pouvez-vous nous décrire brièvement votre journée type un jour de match, pour APOEL Nicosie-PSG par exemple ?
J.R :« Rien de très original, je me lève vers 8h ensuite je lis la presse. Le coup de fil à Paris avec la rédaction pour savoir sur quoi nous partirons dans la journée pour des interventions dans les shows de RMC. Je contacte le prestataire TV avec lequel on travaillera le soir pour les directs BFM. Le déjeuner avec une balade dans la ville pour voir à quoi ressemble Nicosie. En l’occurrence, si j’y étais venu pour Lyon ou l’équipe de France, j’en ai profité pour voir ce qui avait changé. Je prépare mon match dans l’après-midi et direction le stade vers 18h (le match avait lieu à 21h45 en heure locale). L’avant match, le match pour RMC et le débriefing pour BFM. »

– Commentez-vous toujours sur place ou vous arrive-t-il parfois de commenter devant un poste de TV ?
J.R :« 95% des matchs que je commente c’est depuis un stade, c’est rare devant la TV. Uniquement quand on nous demande de payer pour retransmettre un match comme la ligue des champions lorsque les clubs français sont éliminés ou plus particulièrement la finale. »

– En commentant un match, en profitez-vous de la même manière qu’en le regardant seulement ?
J.R :« Non, car ce n’est pas la même façon de suivre un match. Je suis plus axé sur le ballon avec l’aide de mes jumelles de temps en temps. D’autant que les postes de commentateurs sont de plus en plus haut-perchés ! »

– Quelle sont les grandes difficultés que l’on rencontre lorsqu’on débute dans le commentaire de matchs et lesquelles avez-vous eu à surmonter à vos débuts ?
J.R :« Le plus compliqué, c’est de trouver un ton, le bon rythme et surtout de bien poser la voix. Ensuite, il faut s’appliquer à bien décrire ce que l’on voit. La voix à la radio doit remplacer l’image. Et il faut, surtout, penser à bien expliquer où se trouve le ballon. Ce qui est le plus compliqué, c’est la prononciation des noms et bien les positionner sur une feuille pour éviter de faire des erreurs. »

– Quelles sont les qualités requises pour devenir commentateur sportif selon vous?
J.R :« La passion. Je me considère comme un privilégié de faire ce métier. Et cette passion, je me dois de la transmettre à ceux qui nous écoutent. Les faits, bien raconter ce que l’on voit le plus simplement possible. »

3ème partie : La télévision

-Vous intervenez quelques fois sur BFMTV, appréciez-vous l’exercice?
J.R :« Oui bien évidement. Une facette du métier que je ne connaissais pas et qui me permet de raconter ce que j’ai vu quelques heures plutôt à la radio. Un exercice à distance sans avoir le rendu (retour image) directement de ce que cela peut donner. »

– Avez-vous déjà envisagé de commenter à la télévision, et avez-vous déjà été approché par une chaine pour cela?
J.R :« A ce jour, non pas de contact. »

– Vous avez regretté récemment dans une interview que les chaines TV ne fassent pas confiance aux commentateurs radio. Pour quelles raisons selon vous ?
J.R :« J’ai dit que je serais curieux de voir une chaine de TV accepter qu’un journaliste radio puisse commenter un match presque de la même manière qu’il le fait à la radio, avec le même rythme en sachant qu’inévitablement ce rythme sera moins rapide car le soutien de l’image change radicalement la donne. »

– Quel commentateur TV, en exercice ou non, vous a le plus marqué ?
J.R :« J’ai toujours été fasciné par le « style » d’Eugène Saccomano. J’aimais bien le professionnalisme de Thierry Gilardi et j’étais fan de Thierry Roland. »

– Consentiriez-vous un jour, à délaisser le commentaire pour un autre poste/projet?
J.R :« Non, pas pour l’instant. Tant que l’on me fera confiance dans le commentaire, je continuerai. Et tant que la santé me permettra d’enchainer les déplacements comme je le fais actuellement. Je suis un homme heureux quand je commente un match ! »

Un quizz pour finir:
L’émission TV que vous ne ratez jamais : « Je ne ratais pas en direct ou en différé l’émission « Parenthèse inattendue de Frédéric Lopez ». Je suis déçu que l’émission n’existe plus. »

Au contraire, quelle émission ne supportez-vous pas :« Toutes les émissions de télé réalité »

Votre animateur/chroniqueur favori :« Cyril Hanouna ! J’aime bien son côté déjanté. J’ai eu le plaisir de voyager à côté de lui de retour du Brésil et c’est un vrai passionné de foot. »

Une compétition sportive que vous rêveriez de commenter:« Pour le foot, il me manque un tournoi olympique et j’aimerai bien suivre l’équipe de France de Philippe Bergeroo à la prochaine coupe du Monde au Canada. Je n’ai jamais commenté un match de football féminin. »

Votre passion en dehors du foot : « Je profite de ma famille et de mes amis dès que mon emploi du temps le permet. J’essaye de retourner le plus souvent à Montauban ma ville natale. Je chine ! J’adore flâner dans les vides greniers, les puces ou les brocantes pour tenter d’améliorer ma collection de pin’s ! »

Votre tiercé de Ligue 1 pour cette saison? :« Paris – Marseille ou Lyon pour la deuxième et troisième place. »

Un grand merci Jean pour le temps que vous avez accordé à notre blog.

A propos de Mohamed

Mohamed
Fondateur du site et passionné par l'univers sport média.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.