vendredi , 4 décembre 2020

Feu vert pour l’agrandissement du Parc des Princes

Blanc - Delanoë - El Khelaifi

La victoire face à l’Olympiakos (4-1) en Ligue des champions, le 17 septembre, s’est accompagnée d’une autre bonne nouvelle pour le PSG. Au lendemain de ce succès, le président Nasser al-Khelaifi a reçu une lettre signée de la main de Bertrand Delanoë. Dans ce courrier, le maire de Paris donne son accord pour l’augmentation de la capacité d’accueil du Parc des Princes après l’Euro 2016.
Pour mémoire, la Ville, propriétaire de l’enceinte, avait déjà évoqué la possibilité d’une extension du nombre de places dans un communiqué commun avec le club en juin 2012. Mais les deux parties faisaient alors état de « réflexions communes ».

Rassurer les propriétaires qatariens du PSG

Cette fois-ci, l’édile parisien exprime formellement son soutien à un agrandissement. Certes, ce document n’a aucune valeur juridique et le successeur de Bertrand Delanoë, après les élections municipales de mars 2014, ne saurait être tenu de respecter cet engagement. Mais ce courrier donne une idée de la ligne commune que partagent aujourd’hui le PSG et l’exécutif parisien et qui pourrait perdurer même en cas de changement de majorité.

D’autant que, dans sa missive, le maire actuel ne mentionne pas de chiffres précis. On sait toutefois que le souhait des dirigeants du PSG est de faire passer la jauge du stade de 45 000 à 60 000 places, à l’image des enceintes modernes comme l’Emirates Stadium d’Arsenal (60361 sièges). Ce courrier est aussi et surtout un signal envoyé à Doha et une façon de rassurer les propriétaires qatariens du club. Depuis leur arrivée, en juin 2011, ces derniers ont souvent soufflé le chaud et le froid à propos du stade de la porte de Saint-Cloud. En prenant toujours soin de préciser que le Parc restait « la maison du PSG », Nasser al-Khelaifi a d’abord rêvé d’édifier un stade flambant neuf en lieu et place de l’enceinte actuelle. Un chantier qui aurait coûté entre 350 et 400 M€ (hors frais de démolition).

« Notre volonté est de rester ici. La première option est de détruire, puis reconstruire le Parc sur le même site pour en faire une enceinte de 60 000 places. C’est un projet très ambitieux », nous avait expliqué le président du PSG le 23 mai 2012. Mais, devant l’opposition des élus de la Ville de Paris, les Qatariens ont dû se résoudre à privilégier une rénovation assortie d’une augmentation de la capacité d’accueil, dont les travaux devraient débuter après l’Euro 2016. Colony Capital, l’ancien propriétaire du club, avait ainsi mené plusieurs études, conseillé par le cabinet d’architectes Valode & Pistre, avant d’aboutir à un projet de rénovation de 55000 places. « Mais c’était déjà très cher, des dizaines de millions d’euros, confie-t-on chez le fonds d’investissement. S’approcher des 60000 sièges, c’est possible mais encore plus coûteux et ça nécessiterait un abaissement de la pelouse et une destruction des gradins actuels, au moins du premier anneau. »

Pas de quoi refroidir les propriétaires qatariens du PSG.

Source: Leparisien

A propos de Mohamed

Mohamed
Fondateur du site et passionné par l'univers sport média.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.