vendredi , 24 janvier 2020

Droits TV, les enjeux de 2020 (3/4) : Eurosport, Amazon et les Gafas à l’affut

Après une année 2019 marquée par le spectaculaire appel d’offres pour les droits de la Ligue des Champions 2021-2024, l’année à venir s’annonce agitée en coulisses. Certains droits vont aussi être remis en jeu à court et moyen terme. Les outsiders sur le marché payant sont à l’affut.

Eurosport : Sauver le Rugby, puis le Cyclisme.

Le principal coup dur pour la chaine du groupe Discovery en 2019, c’est la perte annoncée de la Pro D2 en 2020, Canal+ s’étant offert les droits exclusifs pour 7 années supplémentaires. Cette nouvelle est peu agréable pour le groupe qui sort justement de son contrat d’exclusivité avec Canal+, et qui construisait une partie de sa grille du week-end sur un feuilleton populaire dans les foyers. Cependant, un accord de rétrocession des droits est fortement envisageable et serait même dans les tuyaux selon la rumeur. C’est notamment la production du plus gros des rencontres pour le multiplex dont Canal+ pourrait se séparer, celle-ci alimentant actuellement Eurosport Player. Les deux groupes ont encore plusieurs mois pour ficeler un éventuel accord qui ne devrait pas déranger les clubs.

Canal+ a de bonnes relations avec Discovery, et s’est ainsi débarrassé officiellement fin 2019 des droits payants des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, qui constituaient un caillou couteux dans la chaussure du groupe crypté. Eurosport, détenteur des droits intégraux de Pékin 2022 et Paris 2024 depuis 2015 a fort logiquement repris à prix coutant les droits de la prochaine olympiade, qui rythmera la communication de la chaine dès cette année. Comme les autres antennes depuis 2018, elle pourra communiquer sur la présence des jeux à long terme, mais également pendant les compétitions sur son offre payante Eurosport Player proposant l’intégralité des épreuves.

Côté Tennis, il faudra digérer la perte de Roland Garros, où les journalistes français profiteront de la dernière édition avant la perte des droits domestiques. Aucun danger au sujet des droits ATP, et à priori aucun des deux autres Grands Chelems est en danger cette année. Une annonce de prolongation à long terme n’est cependant pas à exclure, notamment du côté de l’Australie. Pas de risque à priori non plus pour les Sports d’Hiver du groupe.

L’autre gros morceau de l’année, c’est le Cyclisme. Le contrat liant le groupe à ASO n’a pas été prolongé officiellement, ce qui remet en question la présence du Tour de France, du Dakar ou du Paris-Nice sur les antennes en 2021. Le contrat a été prolongé par Eurosport jusqu’en 2023 sur de nombreux autres territoires européens, et France Télévisions a confirmé jusqu’en 2025.  C’est également la dernière Vuelta du contrat actuel qui sera diffusée à la fin de l’été 2020. Au rayon des opportunités, le Giro sera remis en jeu à compter d’une saison 2021 qui s’annonce charnière pour l’offre cyclisme d’Eurosport.

 

Amazon : Un gros coup en attendant le Tennis ?

Le bourreau d’Eurosport pour Roland Garros, c’est Amazon. Le géant d’internet s’est offert sa première acquisition d’importance en France avec les Nights Sessions et les matchs du Court Simone-Matthieu des internationaux de France à compter de 2021. D’ici là, Amazon pourrait très bien créer la surprise en s’investissant sur d’autres droits disponibles à cout modéré. On pense évidemment aux Sports US, et notamment à la NFL sur laquelle le groupe est présent aux États-Unis mais aussi à la NBA et son nombre considérable de matchs. La présence du groupe dans le sponsoring du basket crédibilise d’ailleurs les bruits évoquant des discussions avec la Ligue Nationale de Basket pour son contrat à partir de la rentrée 2020. La prise serait remarquable.

Chez les autres géants de l’internet, personne ne s’est manifesté en 2019 et rien ne laisse envisager une offensive pour 2020, tant les opportunités à disposition sont limitées maintenant que la LFP, l’UEFA ou encore la LNR ont vendu leurs droits sur le long terme. On surveillera cependant toujours DAZN, la plateforme qui concurrence sérieusement Sky en Allemagne.

Il faut également souligner le fait que les petits droits abandonnés par les chaines se multiplient. Face à ce phénomène lié à l’inflation des droits premium essentiels à la survie des grands acteurs, des tendances émergent. En premier lieu, les ayant-droits se préparent toujours plus à l’auto-distribution pour les ligues étrangères (finale de la Supercoupe d’Italie par exemple), et même à l’auto-production chez les fédérations et ligues françaises. Par ailleurs, ces droits peu chers favorisent l’émergence d’acteurs nouveaux avec généralement un modèle à la carte faiblement payant. La diffusion gratuite sur le web se multiplie ainsi. Enfin, ce sont des petits acteurs en place qui pourraient en bénéficier, ou servir de relais, à l’image de la chaine Sport en France initialement créée pour soutenir les petites fédérations olympiques mais qui en 2019 a ainsi participé à la valorisation de la ligue féminine de handball.

Si nous en sommes arrivés à un tel nombre de compétitions non retransmises, c’est aussi parce que même les diffuseurs gratuits sont exigeants face aux ayants-droits…

Partie 1 : Du football à l’affiche pour Canal+ et Mediapro
Partie 2 : Beaucoup à perdre pour beIN SPORTS et RMC Sport

A propos de R.M.

Avatar

7 commentaires

  1. Avatar

    Sur le lien suivant il est stipulé qu’Eurosport a signé un accord avec l’UER et ASO pour les droits TV jusqu’en 2023
    https://www.ebu.ch/fr/news/2017/07/ebu-backs-tour-de-france-until-2023
    Pouvez-vous confirmer cette information?

    • Avatar
      Nicolas Messant

      La France ne fait pas partie des 38 pays européens concernés par l’accord entre l’UER et ASO de 2017.

      • Avatar

        Pourtant le site letour.fr annonce une couverture des courses ASO jusqu’en 2023 dans l’ensemble de l’Europe par Eurosport
        https://www.letour.fr/fr/actus/2017/l-uer-avec-le-tour-de-france-jusqu-en-2023/1264152

      • Avatar
        Nicolas Messant

        Les 38 pays concernés par cet accord : Albanie, Arménie, Azerbaïdjan, Autriche, Belarus, Bosnie-Herzegovine, Bulgarie, Croatie, Chypre, République Tchèque, Estonie, Finlande, Macédoine, Georgie, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Israël, Kazakhstan, Kosovo, Kirghizstan, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Malte, Moldavie, Montenegro, Pologne, Roumanie, Russie, Serbie, Suède, Tadjikistan, Turquie, Turkménistan, Ukraine et Ouzbékistan.
        Les grands marchés européens ne sont pas concernés par cet accord car ASO vend les droits directement aux diffuseurs locaux pour maximiser ses revenus.

      • Avatar

        Les 38 pays représentent les pays où Eurosport aura une diffusion exclusive des courses ASO.

        https://sportcal.com/News/Search/111990

  2. Avatar

    Et fanseat, pourquoi ne pas en parler ?

    • Avatar

      Parce que hormis le hockey dont la diffusion est de plus en plus désastreuse, le site ne propose aucun droit intéressant pour les français

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :