samedi , 30 novembre 2019

Droits TV : Quels prétendants pour diffuser la Ligue des Champions en France en 2021 ?

A quelques jours de l’ouverture des enveloppes pour s’offrir en France la plus prestigieuse des compétitions internationales de clubs, MediaSportif vous propose d’aprehender cette échéance d’ampleur au travers de divers aspects thématiques. Pour commencer, tour d’horizon des forces en présence.

Depuis quelques années, le constat est fréquent. On s’attend à tout, et pourtant, le marché français nous réserve toujours des surprises plus ou moins déconcertantes. Ma Chaine Sport diffuseur de la Premier League, Mediapro qui raffle la Ligue 1 ou encore SFR qui fait exploser la valeur de la Ligue des Champions, les pronostics de veille de combat n’ont pas vraiment servi à grand chose. Face à cela, nous allons essayer de vous dresser la liste la plus exaustive des acteurs potentiels pour le rendez-vous à ne pas manquer chez les chaines ambitieuses de conserver une place forte dans le sport. Des favoris … aux outsiders les plus inattendus.

LES FAVORIS

Le sortant : RMC Sport (Groupe Altice)

Les équipes de Patrick Drahi réussiront-elles à réitérer l’exploit du printemps 2017 ? Avec un chèque annuel de plus de 350M€, Altice a réalisé un coup de folie dont la réussite économique et éditoriale est difficile à évaluer. Officiellement, la chaine dispose de 2 millions d’abonnés, dont une partie non négligeable provient du parc satellite de Canal+. Le reste est auto-distribué par SFR auprès de ses clients et en OTT. Si l’on considère le seul projet RMC Sport, le bilan comptable s’annonce désastreux, avec entre 2016 et 2021 des dépenses estimées rien qu’en droits sportifs à plus d’1,5 milliard d’euros. Cependant, la dynamique globale pour SFR est positive ces derniers trimestres, ce qui pourrait conforter les patrons à l’idée de remettre un lingot d’or dans la machine. Le sport c’est très cher, mais terriblement puissant et attractif.

L’épouvantail : Mediapro

Pour de nombreux observateurs, cela sonne comme une évidence. Après avoir fait main basse sur le football français, la suite logique pour lancer dans les meilleures conditions la chaine de Mediapro est de récupérer la Ligue des Champions. On ne peut être que d’accord, dans un monde sans argent cependant. Car si l’on se questionne toujours sur la méthode pour y arriver, il est évident que contrairement à d’autres acteurs, Jaume Roures n’envisage pas de perdre de l’argent à terme avec ses acquisitions françaises. Ce qui pourrait limiter ses capacités sur cette bataille, ou faire monter sensiblement la facture pour les futurs abonnés, en cas de folie. En tout cas, le patron a promis publiquement de participer aux hostilités… pour faire payer plus cher ses concurrents ?

Le roi déchu : Canal+

Cette saison, les habitués du ballon rond ressentent une drôle d’ambiance de fin de règne. La fin d’une époque, c’est une quasi certitude, puisque la chaine Canal+ ne devrait plus diffuser de ligue 1 la saison prochaine, après 30 ans de fidélité plus ou moins consentie par la Ligue. Pour sauver la puissance de sa chaine, ce droit est essentiel. Le groupe distributeur de contenus en revanche pourra s’éviter une dépense excessive et se contenter d’un accord de distribution auprès du vainqueur, modèle moins rentable que les chaines Canal+ quasi-monopolistiques de la grande époque, mais bien moins risqué qu’un investissement disproportionné. La chaine pourrait tirer bénéfice d’une division des lots pour récupérer à un prix modéré (une centaine de millions d’euros) une affiche par journée. Ou casser sa tirelire sur l’intégralité, dans l’espoir incertain d’en faire une monnaie d’échange auprès de Mediapro.

Le revanchard : beIN SPORTS

Si quelqu’un a bien failli diffuser les compétitions UEFA à la place de RMC Sport sur le cycle en cours, c’est bien beIN SPORTS, dont l’offre avoisinait les 300M€ par saison selon les échos de l’époque. La chaine d’actionnariat qatari a plutôt mal vécu de se voir dépossédée d’un droit emblématique, puisque valorisant les exploits et échecs du PSG, propriété de la maison. Après avoir sécurisé la Ligue 1 et la Ligue 2 jusqu’en 2024, avec une baisse en quantité, mais une amélioration en qualité qui devrait justement lui permettre de proposer plus fréquemment le club de la capitale à ses abonnés, la chaine rêve plus grand. Sur le plan financier, c’est l’actionnaire qui déterminera des armes disponibles pour tenter de récupérer la Ligue des Champions, entre une volonté de réduire la voilure et la fierté de s’offrir à tout prix les étoiles.

LES OUTSIDERS

Les chaines gratuites : les Groupes TF1, M6 et C8

Deux types d’intérêts vont porter les deux acteurs. TF1 pourrait bien profiter d’une division des lots pour s’octroyer la finale en clair, perdue en 2015. Le groupe M6 de son côté pourrait récupérer les affiches des clubs français le jeudi en Ligue Europa (et Europa Conférence League) égarées en 2018. Ce dernier lot, si sa valeur n’explose pas par le fait des chaines payantes (le cas presque certain), pourrait toujours intéresser TF1 (pour ses chaines TMC ou TFX) et C8. Mais cette dernière ferait mieux de compter sur une réussite de Canal+ dans le payant pour récupérer quelques matchs.

Les acteurs du web : Amazon, DAZN

Certains opérateurs web s’approchent à petits pas des droits sportifs. Deux ont marqué les marchés français et européens ces derniers mois, ce qui en fait de crédibles outsiders. Amazon, via sa plateforme Prime Vidéo, s’est clairement positionné sur notre marché. Après l’annonce de l’acquisition des Nights Sessions de Roland Garros dès 2021, le groupe a annoncé une politique ambitieuse en matière de contenus de divertissements et de fictions pour notre marché, en production maison. DAZN, propriété de Perform, est absent de l’hezagone, mais a réalisé des investissements sur de nombreux marchés européens importants, dont l’Allemagne sur la Ligue des Champions justement. Un nom à ne pas négliger.

L’américain : Eurosport (Discovery)

La Ligue des Champions n’a jamais pu correspondre au modèle économique et straégique de la chaine basé sur des droits à coût modéré et des acquisitions sur de nombreux territoires. Cependant, il ne faut pas oublier la puissance financière de son actionnaire actuel, Discovery. Ce serait totalement incohérent de les voir s’arroger la C1, mais Ma Chaine Sport s’est bien offerte la Premier League.

LES IMPROBABLES

Les chaînes gratuites spectatrices : France Télévisions, L’Équipe (Amaury), Sport en France (Media 365), NRJ12 (NRJ Group)…
Ils n’ont pas d’argent, doivent faire des économies, ou n’ambitionnent pas une pareille acquisition. Chez L‘Équipe, on continuera de diffuser la grande soirée, malgré quelques relations avec l’UEFA pour les matchs internationaux. Mais il faut bien se souvenir que lors du précédent appel d’offres, personne n’envisageait voir l’Europa League sur Numéro 23 et la finale de la Ligue des Champions sur BFMTV. On rappelle donc leur existence, au cas où.

Les autres opérateurs télécoms : Orange, Free, Bouygues
Face à SFR, un concurrent direct pourrait très bien attaquer frontalement. Orange est évidemment échaudé pour une décennie minimum après l’échec Orange Sport et Bouygues, actionnaire de TF1, n’a aucune raison de se lancer directement dans les contenus payants. Free en revanche a mis 50M€ par an sur un lot de Ligue 1 dont on n’a pas encore saisi l’intérêt. Tremble Patrick Drahi.

Le riche inconnu que personne n’avait vu venir
On parle là d’un groupe absent des droits sportifs comme des industriels français ou présent dans les médias sur d’autres pays comme Mediaset ou Sky. Il y a également les fameux Gafas peu enclins à diffuser du sport en France (Twitter ou Facebook) et enfin les agences de gestion de droits sportifs. Dans tous les cas, même si le coup est impossible, il serait très spectaculaire.

A propos de R.M.

Avatar

15 commentaires

  1. Avatar

    j’ai trop hâte de savoir l’issue. Dans l’article on parle de différents aspects. J’aimerais en savoir plus sur les coulisses.

    A quel moment les dépôts d’offres sont clôturés ? Quelle est la composition de l’instance de l’UEFA qui décide de l’attribution des droits ? Peut-il arriver dans le sport d’aujourd’hui qu’une chaîne puisse remporter les droits avec une offre financière moins importante que d’autres concurrents ?

    • Avatar

      Comme il a été dit ici et là, les dépôts d’offres sont clôturés ce mercredi à 10h.
      Pour l’attribution des droits, j’ai cru comprendre que c’est l’agence Team Marketing, basée en Suisse et mandatée par l’UEFA, qui en a la charge. Après je ne saurais dire quelle partie de cette agence exactement.

      Pour ce qui est de la dernière question, ça dépend du sport. Dans le principe on est censé regarder autant la quantité que la qualité, mais tu te doutes bien que dans les faits ça n’a pas l’air d’être le cas, surtout dans le foot qui génère pourtant de l’argent de façon exponentielle. Après ça dépend aussi si le contrat permet des accords de sous-licence.

    • Avatar

      Q1 : Logiquement, jeudi 27 novembre, dans un imaginaire, un huissier ouvre les différentes enveloppes et découvrent les montants proposés par les acteurs. Mais, en gros, c’est plutôt des négociations entre les ayants droits et les acteurs du marché, une sorte de vente aux enchères et cela a commencé mi-octobre.

      Q2 : De mémoire, cela peut être une société de distribution qui gère les droits pour l’UEFA ou sinon une commission.

      Q3 : Au vue de ce qui s’est passé en Angleterre, le montant peut être inférieur ou rester le même. Cela dépend surtout du prix de départ minimum que s’est fixé l’UEFA. Et bien sur de quel montant est prêt à mettre chacun des acteurs.
      En France, comme l’explique l’article et d’autres spécialistes, il y a trop d’acteurs. La bulle spéculative actuelle va éclater un jours ou l’autre. Pourquoi pas cette semaine avec les droits LDC. Bref, les droits vont permettre de redistribuer les cartes et de tuer un des acteurs.

      Mon pronostic =

      1er alliance : Mediapro (70%)/ Bein (30%).
      2e alliance : Canal (60%) / RMC (40%)
      Canal 100% exclu de la LDC mais laisse l’Europa à un autre.
      Mediapro 100% exclu de la LDC et partage l’Europa avec un autre acteur.

      • Avatar

        On était nombreux à voir une alliance Canal/RMC. Finalement, peut-on imaginer une acquisition de rmc sport dans le groupe canal ? ça ferait très très drôle. Vivendi vend SFR à Altice qui lance SFR Sport devenu RMC Sport. Et à la fin Altice cède RMC Sport à Canal.

  2. Avatar
    Ludovic De palo

    Bonjour, bravo pour ce résumé clair.

  3. Avatar
    Jérémy Domo

    Alliance Canal+/beIN ou Mediapro seul j’imagine un prix autour de 370 millions. RMC Sport signera son acte de mort mercredi soir (en cas d’attribution au premier tour)

    • Avatar

      La LNB n’a pas encore reconduit les Droits TV, à partir de la Saison 2020/2021, avec RMC Sport attendant tout simplement Mercredi 27/11/2019 10:00 et le/les gagnant/gagnants pour les Coupes d’Europe de Football.

      Une CHOSE, je ne souhaite pas que nous casquions pour une éventuelle FLAMBÉE du Prix des Abonnements multiples…

      • Avatar
        Jérémy Domo

        Dans la presse du weekend dernier (Le Parisien) le patron de la LNB à clairement fait savoir qu’ils ne renouvelleront pas avec RMC Sport si ils n’arrivent pas à conserver la Champions League. Je vois pas le rapport mais c’est écrit.

      • Avatar

        Jérémy, ce que j’ai mis dans mon Post, je l’ai lu aussi dans Le Parisien/Aujourd’hui en France. Tu emploies les Propos de la Presse, c’est bien, je voulais dire la même Chose mais en moins alarmiste 😉 !!! Ne t’inquiète pas je sais de quoi je relatais. Il faudra dans ce cas voir aussi les autres Contrats qui lient RMC Sport avec les autres disciplines diffusées. Mais il est vrai que si RMC Sport perd, et les Coupes d’Europe de Football (cf. les 4 : Ligue des Champions, Europa League, Nouvelle Coupe d’Europe et Youth League) , et le Basket… français, cela risque FORTEMENT de faire MAIGRE et ce même s’il reste encore pour 2 Saisons 1/2 la Premier League, peut-être les Coupes d’Europe de Basket, le Rugby anglais et ce qui passe sur RMC Sport 4. Je suis pourtant abonné SFR et RMC Sport.

  4. Avatar

    je vois l’alliance canal rmc sport pour 400 M euros.

  5. Avatar
    DEVIENNE Nicolas

    Personnellement, je vois bien un retour sur le clair via les groupes TF1 (TF1, TMC et TFX), M6 (M6 et W9), CANAL (C8 et C17), ALTICE (RMC Découverte et RMC Story) et le Groupe AMAURY (L’Équipe). Pour les résumés, on pourrait les avoir sous forme d’émissions sur LCI, CNEWS et BFM TV. Quant à la Finale, ce serait sur… L’Équipe.

  6. Avatar

    Bonjour canal + bein sport et Amazon. Surtout pas Rmc sport je les aime bien trop déçu. J espère que ça sera entre les 3.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.