mardi , 29 janvier 2019

Christophe Agius (AB1) : « Le catch c’est un peu comme les super-héros de Marvel, sauf qu’au lieu d’avoir des super-pouvoirs ils ont des super-prises »

crédit photo : Studio AB SPORT

crédit photo : Studio AB SPORT

Le catch sur AB1 est une affaire qui marche bien, avec 2 émissions hebdomadaires en prime time et les grands évènements en direct le dimanche soir. Philippe Chéreau et Christophe Agius sont les mythiques commentateurs depuis 20 ans, avec leur style inimitable. Rencontre avec ces 2 journalistes fans de catch pour parler sport et divertissement. Coincé dans les embouteillages, Philippe Chéreau est arrivé en cours d’interview.

Est-ce que le catch c’est vraiment du sport ?

Christophe Agius C’est vraiment du sport, oui, les catcheurs sont des sportifs et ils sont obligés de s’entraîner quotidiennement pour assurer leur mission. Mais le catch c’est du spectacle, c’est du sport spectacle.

Comment expliquer le catch à une personne qui ne connaît pas ?

Christophe Agius C’est tout simplement 2 mecs en slip qui se battent sur un ring, c’est comme ça que je commence. Ensuite je développe en expliquant qu’ils sont là pour raconter une histoire, c’est comme une série TV, il y a des retournements de situation, des cliffhangers.

Pourquoi le catch est si critiqué en France alors qu’il semble bien plus populaire aux Etats-Unis ?

Christophe Agius Le catch est tout aussi critiqué aux Etats-Unis, comme c’est un pays plus grand la niche des fans de catch représente beaucoup de personnes. Mais proportionnellement, le catch n’est pas plus populaire qu’en France ou dans d’autres pays. Le catch jouit d’une mauvaise image de marque dans le monde entier parce que la plupart des gens s’arrête au côté « mecs en slip qui se battent dans un ring », ils pensent à la violence ou aux choses négatives. Les fans de catch savent que c’est une série TV avec des personnages, c’est un peu comme les super-héros de Marvel, sauf qu’au lieu d’avoir des super-pouvoirs ils ont des super-prises.

Vous commentez pour AB1 les émissions emblématiques de la WWE (ligue de catch américaine NDLR) : « Raw », « Smackdown » et tous les pay-per-view (PPV, programmes mensuels de plusieurs heures NDLR). Pouvez-vous nous expliquer ces 3 programmes ?

Christophe Agius « Raw » et « Smackdown » sont des shows hebdomadaires, ce sont comme des séries TV à part entière, et les PPV sont comme le final d’une saison d’une série TV, sauf qu’ils arrivent tous les mois, et permettent de clore les histoires ou de les faire avancer de manière plus rapide ou impressionnante.

Comment êtes-vous devenu commentateur de catch ?

Christophe Agius J’étais fan de catch moi-même quand j’étais plus jeune, j’ai eu la possibilité d’avoir internet à la fin des années 90 où j’ai créé une newsletter autour du catch. Avec cette newsletter et les quelques milliers de lecteurs, au bout de 2 ans de travail amateur avec mes camarades, j’ai eu l’occasion de rentrer en contact avec le groupe AB, propriétaire des chaînes RTL9 et AB1. Je suis allé à Paris faire un casting et on m’a pris, tout simplement. J’étais fan de longue date et j’ai pu en faire mon métier.

Comment vous vous préparez pour commenter du catch ?

Christophe Agius En toute honnêteté on ne se prépare pas comme des fous dans la mesure où ça fait 20 ans qu’on fait ça avec Philippe et on a les histoires en tête. Quand on a commencé à commenter les PPV il y a 3 ans, on était moins aguerris. Quand on est allés aux Etats-Unis, Michael Cole (célèbre commentateur de catch américain NDLR) nous a dit « Quand vous arrivez à Wrestlemania (le plus grand PPV de la saison NDLR) c’est le jour le plus simple de l’année », ce sont les matchs qu’on attend le plus, ce sont les histoires qu’on connaît le mieux, il n’y a pas besoin de bosser. Ça n’empêche pas de se préparer et d’avoir des notes parce que c’est du direct, on ne sait jamais dans quel sens ça va partir.

Comment vous gérez les commentaires en duo ?

Christophe Agius Ca se fait naturellement. Philippe a plus d’expérience que moi, il est en direct quasiment tous les weekends sur la chaîne Automoto pour les sports mécaniques, il sait faire le direct. Quand j’ai commencé les directs je me suis calé sur lui. Mais on a toujours commenté comme si on était en direct, depuis le début on reste dans ce style, même si on trébuche on essaye de ne pas couper au montage.

Philippe Chéreau C’est comme un couple, il faut faire des concessions, il faut être un bon compagnon. Il faut être attentif à ce que dit l’autre, il faut savoir compenser, écouter, savoir se taire. Les directs c’est long, on a parfois des baisses de régime, ou on est plus à l’aise que l’autre sur certaines choses. On se connait parfaitement, et on sait comment gérer l’autre. Et il y a des personnalités avec qui ça prend facilement, c’était le cas avec Christophe, et d’autres avec qui ça ne prend pas, même en faisant des efforts.

Votre duo est connu pour ses phrases cultes mythiques, c’est important pour vous ?

Christophe Agius Dans un sens oui, les catcheurs aussi ont leurs phrases cultes, leurs « catch phrase », qu’ils répètent le plus souvent possible pour que ça reste dans la tête des gens. Ces phrases cultes sont venues de manière naturelle, sauf pour « Par dessus la troisième corde ! » qui est notre première phrase culte et la plus ancienne. Comme on commençait juste, on a cherché une phrase pour se lâcher dessus.

Philippe Chéreau Il y a celles qu’on aimerait avoir comme phrases cultes et qui ne prennent jamais, ce n’est pas faute d’avoir essayé, et il y en a qui deviennent cultes à notre insu. Quand c’est forcé ça s’entend. Comme je dis à tout le monde, et surtout aux jeunes avec qui je suis amené à commenter, il n’y a rien de mieux que d’être naturel, être dans le vrai. C’est moins fatiguant et c’est plus simple d’être soi-même. On en fait un peu plus, évidemment, on en rajoute, surtout dans le catch, parce qu’une fois que c’est enregistré ça perd en intensité, ça c’est de la technique pure.

Le catch a une belle visibilité sur AB1, avec des cases récurrentes en prime time et les PPV en direct. C’est important pour ce sport très feuilletonnant ?

Christophe Agius Bien sûr, il faut rendre hommage aux chaînes du groupe AB (devenu Mediawan Thematics NDLR). Pendant des années la diffusion n’était pas joyeuse, quand j’étais plus jeune c’était tôt le matin, ce n’était pas toujours annoncé. D’autres chaînes ont essayé de diffuser du catch, voyant que ça marchait ailleurs, mais elles n’ont pas toujours eu une politique de programmation très logique par rapport aux programmes.

Philippe Chéreau Le principe c’est juste le format en fait. Et c’est surtout bien d’avoir une case proche de la diffusion américaine, parce que tout va de plus en plus vite. « Raw » est diffusé dans sa version internationale, ça peut frustrer certaines personnes mais la diffusion est importante au plus près des Etats-Unis. Smackdown est diffusé en intégralité, c’est produit différemment et c’est plus digeste pour ceux qui connaissent moins la WWE, avec plus d’actions et plus de combats.

Le prochain PPV c’est TLC (Tables, Ladders and Chairs) ce weekend. Quels sont les enjeux de ce PPV ?

Christophe Agius Ils sont multiples, mais on peut noter surtout le premier match féminin de TLC, qui est un match très attendu.

Philippe Chéreau On voit que dans la division féminine ce genre de match n’était pas envisageable avant. Et on s’aperçoit à chaque fois que, comme ce sont les premiers matchs féminins, il y a de la volonté et de la prise de risque, et du coup ça donne des grands matchs.

La WWE met beaucoup en avant le catch féminin d’ailleurs, avec la création cette année d’un PPV 100% féminin. C’est bien pour l’image de marque de ce sport encore considéré comme plutôt masculin.

Christophe Agius Le catch féminin existe depuis très longtemps en fait, le catch a toujours été un sport spectacle mixte. Dans l’Après-guerre aux Etats Unis, beaucoup de femmes dont les maris n’étaient pas revenus et qui ne pouvaient pas continuer à travailler en usine, se sont lancées dans le catch car c’était une manière pour elles d’être indépendantes. Le catch a beaucoup aidé les gens qui n’avaient pas les moyens de prendre leur vie en main autrement.

Philippe Chéreau La WWE est très proche de l’actualité et de la tendance en général. C’est pour ça que ça marche : elle s’adapte. Avec l’arrivée du mouvement « Me Too », la division féminine a pris de plus en plus d’importance, et ce mouvement a permis d’accélérer la montée en puissance du catch féminin.

Quel est votre meilleur souvenir de catch depuis que vous commentez ensemble ?

Christophe Agius C’est Wrestlemania 30, il y a 4 ans  à la Nouvelle Orléans. Pouvoir vivre ce PPV de l’intérieur, en ringside (au bord du ring NDLR), c’est sans doute le plus beau moment de ma vie. Et je suis sérieux.

Philippe Chéreau Je ne sais pas, j’en ai eu plein des bons moments. Le meilleur moment, j’ai envie de dire que c’est celui que je vais vivre la semaine prochaine. Je suis plus âgé que Christophe, j’ai envie de me projeter. Ce sera peut-être le prochain PPV, le prochain déplacement, le prochain Wrestlemania. Et j’espère qu’il y en aura encore d’autres pendant longtemps.

Raw, chaque mercredi à 20h40 sur AB1.

Smackdown, chaque vendredi à 20h40 sur AB1.

Prochain PPV : « TLC » dans la nuit de dimanche 16 à lundi 17 décembre à partir de 1h05 en quasi-direct.

A propos de Nicolas Chambaud

Spécialiste médias et sport, passionné par l'actualité internationale, le numérique et les enjeux des nouveaux modes de diffusion et de consommation du sport

2 commentaires

  1. Guy Auray et Raymond Rougeau formaient un super duo de commentateurs dans les années 90, à l’époque de l’âge d’or du catch. De supers souvenirs de mon adolescence avec malheureusement une quantité de catcheurs disparus trop tôt…

  2. Superbe interview mais je tiens à préciser que le mouvement « me too » n’est pas la raison principale de la montée de la division féminine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.