samedi , 23 juin 2018

Droits TV Ligue 1 (2020-2024) : Journée décisive pour le football français

Ligue12016

La procédure d’attribution des droits TV de la Ligue 1 aura lieu ce mardi… si les offres sont satisfaisantes.

C’est une guerre des nerfs que se livrent les diffuseurs et la ligue depuis plusieurs mois. La LFP, consciente que son produit, actuellement sous-valorisé, est dans une forme idéale pour se vendre, a décidé de lancer l’appel d’offres de la Ligue 1 pour la période 2020 2024. Le contexte n’est pas aussi bon que l’an dernier, avec l’émergence de SFR qui a raflé les Coupes d’Europe contre 350M€ par saison, mais on y croit chez les clubs français, à quelques jours de la Coupe du Monde.

SFR, Canal+ et beIN SPORTS, qui sont les 3 candidats à avoir déposé ce lundi 28 Mai les offres qualitatives selon L’Équipe, jouent diverses partitions. Le premier n’apprécie pas la période pour avancer ses cartes. Altice, la maison mère, a subi un contrecoup des marchés financiers à l’automne et aurait préféré que l’opérateur soit relancé et que RMC Sport ait accueilli la Ligue des Champions avec succès pour se positionner, autrement dit pas avant 2019. Les grands pontes ont du coup été clairs, ils ne se positionneront pas. Info ou intox, seul le contenu des enveloppes permettra d’y répondre.

Enjeux majeurs pour les diffuseurs actuels

Chez Canal+, ce droit actuellement payé 540M€ apparait comme vital. Le modèle de la chaine diffuseur historique tangue de toutes parts. Les contenus Séries/Films sont fortement concurrencés par Netflix et OCS, les tranches en clair ne fédèrent plus à l’exception du CFC consacré à la Ligue 1 et les droits sportifs diminuent face aux assauts de beIN puis SFR. Maxime Saada, dirigeant de la chaine, avance également une ambition mesurée, évoquant le fait que perdre ce droit serait moins préjudiciable pour le modèle de Canal+ que de le surpayer.

beIN SPORTS enfin, aura a coeur de se consoler de s’être fait coiffer au poteau sur la Ligue des Champions l’an dernier. Reste à connaitre le montant l’enveloppe consentie par les dirigeants Qataris qui avancent actuellement 186,5M€ pour 7 matchs par semaine de choix 4 à 10. Le budget prévu devrait nous en apprendre plus sur les ambitions au long terme de cette chaine fortement déficitaire en France qui va devoir appréhender la saison prochaine sans Ligue des Champions.

Pour faire monter un peu plus la mise, la Ligue ouvre la possibilité de sous licencier à posteriori tout ou partie des droits acquis. Un bon moyen de convaincre les plus réticents, même si l’exemple récent du championnat italien n’est pas synonyme de succès.

Une procédure mécaniquement huilée

Le véritable espoir, mais également risque d’échec, repose dans la construction de l’appel d’offres composé de 3 lots majeurs et 4 lots annexes.

LIGUE_1_2020

Les enveloppes financières seront ouvertes un lot après l’autre. Si la meilleure offre dépasse le prix de réserve, l’offre est retenue. Dans le cas contraire, chaque proposition pourra être réévaluée par son émetteur qui ne connaitra pas sa position, et ce dans l’ordre décroissant et sur un laps de temps réduit (15 minutes par offre). Dès qu’une offre réévaluée dépasse le prix de réserve, elle est retenue pour le lot. Si aucune offre dépasse le seuil souhaité, la meilleure est retenue.

A l’issue des 3 premiers lots, la Ligue comparera les valeurs des offres retenues avec les prix de réserve. Si les 3 sont supérieures, les 3 offres seront validées et les lots définitivement attribués. Si une ou deux offres s’avèrent inférieures mais que le total des 3 offres dépasse le prix de réserve, les 3 lots sont attribués. Si le prix de chaque offre ou le total des 3 offres s’avère en deçà du prix de réserve souhaité, l’ensemble de la procédure sera abandonné, ce qui serait un échec pour la Ligue.

Dans le cas où les prix de réserve sont atteints et où les détenteurs des lots 2 et 3 (matchs du vendredi 21h et samedi 17h pour l’un, samedi 21h et dimanche 17h pour l’autre) sont différents, un nouveau tour d’offres aura lieu entre les deux diffuseurs pour s’attribuer les packs correspondant au niveau de choix des matchs (entre 1 et 5 selon les packs). Le prix de réserve affiché est de 180M€ pour le pack principal contenant des matchs de choix 1 ou 3.

L’espoir du milliard

Par la suite, les 4 derniers lots seront attribués en fonction d’un mécanisme similaire aux 3 premiers lots, à la différence qu’ils ne pourront pas remettre en cause la procédure. Autrement dit, ces lots constitueront la cerise sur la gâteau pour la LFP qui mise avant tout sur ses 5 principaux matchs et pourra se permettre de ne pas attribuer pour le moment l’un ou plusieurs des lots 4 à 7 si les offres sont insuffisantes.

A deux ans du début du cycle, la Ligue fait un pari, contre le gré des diffuseurs, en misant sur la peur de devoir subir les conséquences en terme d’image d’un échec pour une chaine. En cas d’insuccès d’une procédure dont la finalité est d’offrir plus d’un milliard d’euros aux clubs français contre 726,5M€ actuellement, Didier Quillot et ses équipes disposeront cependant d’une véritable marge de manœuvre pour relancer une consultation dans les deux ans à venir en fonction de l’évolution du marché.

A propos de M.R.

Télézappeur

2 commentaires

  1. L’impression que ca va se finir comme avec l’Italie et que les droits ne dépasseront pas le milliard comme espéré…

  2. Vos pronostiques messieurs?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.