jeudi , 3 décembre 2020

TOP 14 : SFR Sport conteste l’appel d’offres 2019-2023 de la LNR

LNR RUGBY

L’opérateur de Patrick Drahi ne fera pas d’offre

C’est demain Mercredi 11 mai que les diffuseurs doivent présenter leurs offre à la Ligue Nationale de Rugby dans le cadre de la procédure d’attributions du championnat de Top 14 pour la période 2019-2023. A en croire Les Echos, SFR Sport n’entend pas se porter candidat. Patrick Drahi, propriétaire d’Altice, l’a fait savoir par le biais d’une lettre envoyée à la LNR et transmise à l’autorité de la concurrence dans le but de remettre en cause l’appel d’offre.

Toujours selon le quotidien économique, le milliardaire s’étonne du timing très anticipé de la mise sur le marché de ces droits précieux. Il est vrai que cette précipitation n’est pas coutumière. Si la ligue prétend avoir besoin d’une visibilité à long-terme, des motivations non-assumées pourraient expliquer cette précipitation. Certains y verront un lien avec la réforme en cours du rugby professionnel, histoire d’empêcher la volonté de la FFR de passer au Top 12. D’autres interpréteront cette volonté comme une précipitation afin d’éviter de se retrouver à réaliser l’appel d’offre dans une concurrence stérile en 2018, et de bénéficier au maximum de la présence de 4 acteurs majeurs sur le terrain.

D’autres comme Patrick Drahi  y voient une éventuelle entremise de Canal+ qui obligerait SFR à sortir du bois et à montrer ses muscles alors que l’autorité de la concurrence délibère actuellement sur le projet de rapprochement Canal+/beIN.

On sait que ce rapprochement ne ferait évidemment pas les affaires de Patrick Drahi. Et en s’accaparant les droits du Top14 à coups de millions, il ne ferait que légitimer les arguments de Vincent Bolloré devant l’ADLC, qui aurait bien moins de mal à comprendre la position de Canal+ qui évoque une concurrence toujours présente pour tenter de faire accepter le deal.
Le patron de SFR, par cette lettre, tente ainsi un coup double en essayant à la fois de retarder l’appel d’offre et d’empêcher l’accord conclu entre Canal+ et beIN.

A propos de Jérémy Tanguy

Avatar
Rédacteur ici-même depuis 2015.

6 commentaires

  1. Avatar

    C’est bien Drahi qui a acheté le foot anglais pour 120 millions par ans, je ne dis pas de bêtises, et maintenant il veut nous faire croire qu’il n’est pas un acteur, je ne comprends pas bien le raisonnement, il essaye de prendre les gens de l’autorité de la concurrence pour des imbéciles ou quoi ???

  2. Avatar

    BeIn va-t-il s’y mettre pour montrer à l’ADLC qu’il y a toujours concurrence ? Cela expliquerait les fortes sommes prévues par Vivendi pour arracher l’exclusivité ? Au mieux, l’appel d’offre sera reculé, faire capoter le deal beIN/Canal sera plus compliqué quand même.

    • Mohamed

      Effectivement, beIN devrait soumettre une offre, du moins pour montrer que la concurrence existe et existera.

      Par contre, difficile de voir le réel intérêt pour beIN, qui je crois a compris que le Rugby ne lui fera pas gagner bcp d’abonnés, en témoigne les droits des Coupes d’Europe. De plus, le Top14 nécessite des moyens de productions élevés en plus du montants des droits tv. Si le montant proposé par Vivendi pour la distribution de beIN reste le même, beIN n’a pas forcement intérêt à trop alourdir ses dépense, et le Top14 coûte cher.

      En voulant prendre tout le monde court et mettre la pression sur les diffuseurs, la LNR se prive de prétendants. SFR SPORT ne soumet pas d’offre, selon L’Équipe Eurosport non plus, beIN SPORTS ne tentera pas l’exclu mais lot secondaire, et Canal+ n’est plus prêt à faire des folies pour des droits dans 3 ans. Seul la partie clair pourrait être intéressante avec la probable participation de FranceTV et pourquoi pas un coup de L’Équipe21.

      A mon avis, l’AO sera suspendu et décalé, à suivre

  3. Avatar

    J’ai du mal à comprendre la situation !

    • Avatar
      Télézappeur

      Pour essayer de résumer rapidement
      – La LNR a largement anticipé son appel d’offre pour la période 2019-2023, officiellement pour profiter du marché actuel
      – Ca n’arrange pas Altice. Si ils participent, ils se retrouvent à devenir un concurrent clair de Canal, ce qui devrait rendre certain l’accord beIN/Canal qui doit encore être validé par l’autorité de la concurrence.
      – Du coup, Altice ne participe pas à l’appel d’offre et envoie une lettre à la ligue et à l’autorité de la concurrence pour expliquer ses raisons (selon eux, l’anticipation est le fruit d’un arrangement entre Canal et la ligue) et tenter auprès de l’autorité de la concurrence de retarder l’appel d’offre + dans le meilleur des cas faire capoter le deal beIN/Canal.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :