samedi , 26 septembre 2020

Sky centralise sa gestion en Europe

sky_logo

Le groupe britannique Sky a annoncé la création d’un management unique au niveau européen de ses antennes sportives.

Jusqu’alors, les 3 divisions de Sky en Europe (Grande-Bretagne, Allemagne et Italie), parmi les leaders dans leurs pays respectifs, se géraient de manière autonome. Impossible donc de donner une réelle cohérence à l’ensemble. Ainsi, le partage de compétences et de contenus entre ces 3 plateformes était très faible à l’heure où les mouvements de consolidation forment des groupes majeurs en Europe (Discovery, beIN SPORTS, Canal+).

Pour palier ce problème, le groupe a nommé Andrea Zappia, dirigeant exécutif de la plateforme Sky Italia, pour chapeauter l’ensemble des opérations sportives des 3 antennes de Sky en Europe. Un choix qui pourrait paraître étonnant, car le cœur historique de Sky est bien le marché anglais. Mais l’italien de 52 ans connaît bien la maison puisque il a travaillé auparavant chez Sky Angleterre en tant que directeur des relations commerciales.

Augmenter les relations entre les filiales

Le nouveau manager a déclaré que le rapprochement des 3 compagnies permettra « d’accélérer le processus d’investissement, à la fois dans la production de contenus originaux et dans l’innovation technologique ».

Dans les faits, ce management unifié devrait s’occuper de l’ensemble des opérations dites stratégiques, de l’acquisition plus globale des droits sportifs à la production, en passant par les aspects commerciaux. La question est de savoir quelle sera le pouvoir laissé aux patrons des 3 branches locales.

Le groupe Sky, issu en novembre 2014 de la fusion d’entreprises jusqu’alors indépendantes (BSkyB outre-manche, Sky Deutschland et Sky Italia), est présent dans 5 pays : le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Ce qui lui permet de toucher 21 millions de foyers à travers l’Europe.

Rivaliser avec Discovery et beIN SPORTS

De quoi peser dans les négociations commerciales avec les ayants-droits, alors que désormais les acquisitions de droits sportifs se jouent majoritairement à l’échelle européenne voire globale, comme l’ont montré l’acquisition des droits des Jeux Olympiques par Eurosport ou les contrats noués par beIN Media Group avec la Coupe Davis et les mondiaux de handball. Dans ce contexte, le fait de réfléchir et d’agir au niveau européen apparaît donc comme une nécessité. Canal+ l’a également compris, puisque le groupe est en passe de revenir en Italie en devenant majoritaire chez le principal opérateur téléphonique et en s’adjugeant en parallèle le concurrent payant de Sky.

A propos de Jérémy

Avatar
Passionné par les médias, le sport et l'économie du sport. Rédacteur depuis 2016.

2 commentaires

  1. Avatar

    Pouvez-vous vous renseigner sur les droits sportifs en Suisse. Teleclub a des droits pour les championnats jusqu’à quand.

    Merci à vous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :