dimanche , 28 juillet 2019

Xavier Vaution : « La Pro A c’est hyper cher »

Xavier-VAUTION---copyright-PANORAMIC

MediaSportif vous propose de découvrir notre interview de Xavier Vaution, journaliste et commentateur basket sur beIN SPORTS. Nous avons pu le rencontrer lors du point presse sur les Playoffs NBA, et lui poser quelques questions sur son parcours et ses projets au sein de la chaîne.

Rencontre.

Xavier, on t’a découvert commentateur NBA sur Canal+, peux-tu nous raconter ton parcours jusqu’à l’arrivée sur beIN SPORTS?
Xavier Vaution : J’ai un parcours qui n’est pas très sexy. J’ai fait une école de journalisme après avoir eu un bac S et un Deug de droit. Ensuite j’ai postulé pour un stage. La seule chose un petit peu rigolote c’est que dans mon école de journalisme les stages en première année n’étaient pas autorisés, donc on m’a posé un ultimatum : soit tu redoubles ta première année si tu vas faire ton stage soit tu vas en deuxième année. J’ai décidé d’aller faire le stage à TF1 pour la Coupe du Monde de foot 98. Je pensais que pour moi il n’y avait pas plus important que ça, donc c’est ce que je suis allé le faire et j’ai redoublé ma première année. Mais j’ai connu suffisamment de personnes, je me suis intéressé au truc. J’ai adoré ce que j’ai fait là-bas à Telefoot, autour de tous les gens que tu connaissais de l’époque : Christian JeanPierre (qui y est encore), Thierry Roland et Hervé Mathoux. C’est vraiment 3 personnes que j’appréciais particulièrement. Ensuite, ils m’ont rappelé pour faire des piges. Puis Hervé est parti sur canal et il m’a appelé pour que j’aille faire des piges là-bas. Un jour un poste s’est libéré à canal. J’ai toujours voulu faire des sports US et particulièrement de la NBA et comme par hasard, le coup de chance absolu, il y a une place qui s’est libérée aux sports US. J’ai postulé et j’ai été pris.

Donc justement c’était un choix de cœur d’aller au basket, pas forcément une opportunité de poste?
XV : Moi j’étais intéressé par tous les sports. Je suis journaliste sportif et je suis censé pouvoir parler de tous les sports. J’ai longtemps joué au foot donc je pourrai parler de foot. Pareil pour le tennis et le ski. Mais le basket et la NBA, c’était particulier parce qu’il y avait cette sensibilité externe : le côté un peu street, hip hop et roots qui me parlait énormément parce que j’étais moi-même très branché hip-hop et roots. Je pense que ça s’est vu et entendu dans mes sujets de l’époque et même encore aujourd’hui dans NBA extra. Finalement, ma succession s’est faite, les mecs mettent exactement le même genre de musique que moi je mettais à l’époque.

Tu suis toujours le football ?
XV : Je le regarde toujours mais je suis très content de ne pas avoir à traiter le football parce que je n’y arriverai pas. Je savais que sur le basket, la NBA particulièrement, je pouvais y mettre ma patte à moi. Sur le foot, c’est beaucoup trop compliqué, c’est beaucoup trop grand public. Sur le basket, j’ai mis ma patte personnelle comme je l’imaginais, ça a fonctionné et ça fonctionne encore comme ça aujourd’hui donc je me dis que finalement je ne me suis pas trompé. Le basket me parlait vraiment plus de manière personnelle par rapport à ma façon de penser et ma façon d’être… C’est un bon mix.

Qu’est-ce qui a motivé ton choix de quitter C+ pour beIN SPORTS, sachant qu’à l’époque, on ne savait pas grand-chose de la chaîne et qu’elle n’avait pas de droits basket hormis pour les JO ?
XV : Peut être la quarantaine approchante. J’avais des idées, BeIN était demandeur. Je me suis régalé pendant 13 ans à Canal, je me régale depuis 3 ans à BeIN. Et BeIN m’a permis de réaliser mes souhaits.

Sur tes idées,c’est-à-dire…?
XV : Oui, par exemple NBA Extra je l’avais proposé à Canal 10 ans avant de le faire sur beIN SPORTS, sauf qu’à l’époque j’avais pris une fin de non-recevoir. Aujourd’hui à beIN SPORTS, elle existe et je vois que ça fonctionne très bien.

On te connaît principalement aux commentaires et à la présentation de l’émission NBA Extra, as-tu d’autres responsabilités à beINSPORTS? On a cru comprendre que tu étais le chef de la rubrique basket.
XV : Oui, il paraît que je suis le chef de la rubrique basket, j’attends l’officialisation (rire). Non mais oui, je suis le premier à être arrivé, c’est moi qui ai le plus d’expérience dans ce domaine-là. J’arrivais quand même avec plus de 13 ans d’expérience à Canal+. Je pense que quand tu réussis à faire tout ce que t’as envie de faire sur Canal+ pendant 13 ans, tu arrives presque en terrain favorable. Je savais très bien ce qu’il fallait faire si on voulait faire mieux sur la NBA parce que c’est toujours ce que j’ai essayé de faire. J’ai été parfaitement suivi par Charles Biétry à l’époque, et Florent Houzot qui m’ont laissé carte blanche et m’ont fait totalement confiance au niveau du recrutement. J’ai recruté ceux que je pensais être les meilleurs à leur poste et je pense qu’ils le sont. Les hommes de l’ombre comme les sont Oicem Saidoun, Adio Lala, Matthias Duchez, Florent Aubert, Erwan Abautret et notre stagiaire au top Florian Michel sont des pièces capitales pour que ça marche. Maintenant je pense que ça fonctionne très bien, c’est le travail du groupe. J’ai fait confiance à des gens et cette confiance ils ont parfaitement su l’assumer et la respecter. Charles a compris et voyait très bien où on allait.

A quoi peut ressembler une journée type pour toi qui a la casquette de journaliste, commentateur et présentateur?
XV : Il n’y a pas de journée type. Sincèrement je ne compte pas mes heures et mes jours. A partir du moment où tu vis de ta passion, qu’est-que tu veux compter tes heures ? Ce n’est pas du travail, je ne vais pas à la mine le matin, je me rends à la TV pour commenter un match de basket. C’est juste une passion. Le mec qui se plaint parce qu’il vit de sa passion, il peut tout de suite arrêter ce métier. Je ne suis pas prêt de me plaindre.

On voit plus souvent Rémi faire les déplacements aux US pour les reportages. C’est un choix ?
XV : Il y a un moment où il faut faire des choix. J’ai fait beaucoup de déplacements aux États-Unis à l’époque de Canal+ mais avec Rémy qui était déjà sur place. Aujourd’hui j’ai des plannings à faire, de la programmation à faire, j’ai plein de choses à gérer ici. J’ai adoré ce que j’ai fait, maintenant je ne rajeunis pas et au bout d’un moment tu choisis aussi ce qui est le mieux pour toi. Je pars toujours aux États-Unis pour les finales NBA, le All Star Game, éventuellement pour d’autres événements en Europe comme la NBA Global Games. A une époque je passais 15 jours par mois aux États-Unis et 15 jours par mois en salle de montage, je n’en pouvais plus. Ça a duré 2 ans et c’était le maximum que je pouvais faire. Certes c’est un vrai kiffe mais au bout d’un moment, physiquement t’as du mal à t’en remettre. Donc maintenant effectivement c’est Rémi qui part plus parce qu’il a toujours tous les contacts sur place et que je sais très bien que le boulot sera très bien fait ; et il le prouve à chaque fois. Maintenant, peut être que Mary va partir bientôt aussi faire quelque chose. Moi je suis ici pour gérer globalement le truc et de manière que tout se passe très bien à l’antenne et que ce soit le plus professionnel au monde. Je suis obligé d’avoir un œil sur ce qui se passe ici, j’ai la responsabilité. C’est ma rubrique et je l’assume à 300% : s’il y a une bêtise je l’assume et si tout ça se passe bien j’espère qu’on le reconnaîtra.

Les directs et l’émission NBA Extra ont un ton assez libre, très cool qui peut surprendre certains, j’imagine que c’est la patte que tu souhaites apporter.
XV : Pour un qui se plaint, il y en a cent qui aiment. Celui qui se plaint qu’il regarde le journal de TF1 le soir s’il veut quelque chose de sérieux. On parle de sport, de basket, de NBA, évidement on va le traiter sérieusement mais on va le traiter dans une ambiance qui se doit d’être à la hauteur du truc. On le traite de manière très sérieuse mais si par hasard de temps en temps il faut sortir une vanne et bah on sort une vanne parce qu’on est comme ça, on est naturel. On ne joue pas un rôle. Jacques, Rémi, Mary et moi, on est comme ça dans la vie. On ne triche pas par rapport à ceux qui nous regardent, contrairement à 95% des gens qui font ce métier. On n’est pas là pour faire les beaux gosses, pour faire les gens sérieux, on est là parce qu’on est nous-même. Et en étant nous-même je pense que justement on attire des gens qui aiment bien les personnages que nous sommes. Qu’on ne vienne pas nous dire qu’on ne traite pas sérieusement ce produit là parce qu’on le fait de manière ultra rigoureuse et sérieuse. Eric Micoud et Chris Singleton font la même chose. Ils sont encore plus concentrés quand les cheerleaders sont à l’image!

Vous avez lancé un rendez-vous dominical avec SUNDAY NIGHT LIVE, quel est ton retour aujourd’hui?
XV : Je pense qu’il y a des choses à revoir mais c’est positif, c’est une vraie réussite. On impose un ton qui est encore plus libre que dans NBA Extra et pourtant c’est déjà très libre. Tu t’es déjà marré devant un match de foot? Tu t’es déjà marré devant jour de foot ? Tu t’es déjà marré devant une émission de sport? Tu ne te marres quasiment jamais ! Chez nous tu vas te marrer et en plus de ça tu vas aimer ce que tu regardes parce qu’on le fait sérieusement quand même, parce que c’est super spectaculaire, parce que chez nous t’as pas besoin d’attendre 90 minutes pour voir un panier, parce que chez nous des paniers il y en a tout le temps, parce que quand tu vas au basket t’auras jamais froid. En plus de ça on va même t’offrir la possibilité de rigoler. Mais on ne joue pas, encore une fois, ce qu’on fait c’est totalement naturel. Je n’ai jamais rajouté quoi que ce soit, Jacques c’est pareil, Rémi aussi et c’est pour ça qu’on s’est bien trouvé avec tout le monde.

Lors du SNL, on te voit filmé en cabine, décontracté, c’est volontaire ?
XV : Oui, j’ai toujours été partisan de « je ne mens pas à mon abonné ». A l’époque de Canal quand on faisait Eddy Half Time, on montrait les coulisses de Canal+ tel qu’était Canal+. On était George et moi, exactement comme on était dans la vie. C’est un esprit que j’ai toujours voulu avoir. Le SNL c’est un peu la continuité : on est dans une cabine pétée, pas sur place mais on va vous le montrer et on va en rigoler. A aucun moment on estime mentir à nos abonnés, on ne leur cache rien. J’ai toujours été partisan de ça. Après je sais que l’image est pourrie mais c’est aussi le but : regardez l’endroit dans lequel nous sommes mais dans lequel on passe de très bons moments. D’ailleurs, j’ai vu que certaines chaînes reprenaient l’idée.

Après la quotidienne NBA Extra et l’émission en prime time SNL, as-tu d’autres envies pour le basket sur beIN?
XV : J’ai le projet de faire une émission omnisports qui n’a jamais été vue en France mais ce qu’il y a, c’est que je n’ai pas le temps de la faire.

Avec la NBA, la NFL et la MLB qui risque d’arriver (officialisé depuis), on imaginait une émission dédiée aux sports US…
XV : Ça ne m’intéresse pas. Je pense qu’on se trompe en pensant que le mec qui aime la NBA aime les sports US. Je ne suis pas tout à fait de cet avis là. Je n’ai pas du tout l’intention de refaire un Americain Dream ou un Sport Center… Je n’ai pas du tout cette envie là parce que je ne pense pas que ce soit l’envie des gens. Restons sport par sport, ça ira très bien. Si c’est pour faire une émission omnisports ok mais selon certains critères que j’ai et qui ne sont pour l’instant pas du tout d’actualité ; mais effectivement oui, j’ai une idée et c’est déjà écrit.

Avec ton planning assez chargé sur la NBA, arrives-tu à suivre un peu la Pro A?
XV : Oui, bien sûr. Assez régulièrement. Sincèrement je suis beaucoup plus la PRO B que la PRO A parce que je suis fan de Charleville.

A ce propos, on dit que la LNB pourrait remettre les droits de Pro A sur le marché, c’est un dossier que vous suivrez de près j’imagine. En espères-tu l’arrivée sur beIN ?
XV : Les droits appartiennent à Canal jusqu’en 2017. Aujourd’hui il n’y a rien de remis en jeu donc on ne se pose même pas la question. Si c’est remis en jeu, on en reparlera mais aujourd’hui c’est à des km de la moindre de nos ambitions.

Justement si ça l’était…
XV : Je n’en sais rien. Si ça l’était, qu’est-ce qu’ils remettraient en jeu ? Est-ce que qu’ils remettent tout ou une partie? Je n’en sais rien donc on verra… Ils ont annoncé la mort de Sport+ il y a quinze jours et il n’y a rien qui a été remis en jeu donc voilà.
Mais sincèrement c’est cher la Pro A! c’est hyper cher! bien plus que la NBA donc pour 2 fois mieux, je ne pense pas.

Vous avez encore les droits NBA pour cette saison et la suivante. La NBA étant complètement satisfaite de votre dispositif qui a même été pris pour exemple au niveau monde, le renouvellement ne devrait a priori pas poser de problème non?
XV : Je pense que la NBA sera intéressée pour resigner avec nous et je pense qu’on est intéressé pour resigner avec eux. Pour avoir fait ça avant, je ne vois pas qui d’autre peut proposer mieux que nous. Allez-y si vous avez mieux à proposer, n’hésitez surtout pas ! Mais sachez que j’ai encore beaucoup d’autres idées.

Est-ce que tu as déjà envisagé une émission en public pour la NBA ?
XV : On pourrait essayer, j’y ai déjà pensé. On l’a fait pour la NFL une fois, sur le SuperBowl. Maintenant est-ce que ça vaudrait le coup ? Nous on préfère être sur place plutôt que de faire une émission en plateau d’ici. Le problème c’est qu’on ne peut pas être sur le plateau du club le dimanche soir parce qu’il y a le club donc ça règle le problème. S’il n’y avait pas le club le dimanche soir et que nous pouvions faire un truc pourquoi pas, mais aujourd’hui ce n’est pas envisageable.

Si tu devais recruter et qu’il fallait convaincre quelqu’un de rejoindre votre équipe basket à beIN, qui ce serait?
XV : Allen Iverson ou Rasheed Wallace! Je sais que tu ne t’attendais pas à cette réponse là (rire), tu aurais voulu entendre George Eddy, eh bien non! Allen Iverson ou le Sheed, parce qu’ils pourraient nous apporter tellement et notamment un coté international.

Quizz :
– Hors basket, quel est ton programme télé favori?
XV : Rien, je regarde très peu la TV. Je regarde le Petit Journal, le JT de TF1. C’est ma femme qui a la télécommande le soir et ce n’est pas moi qui décide, sinon ce serait certainement des chaînes de sport tous les soirs.
– Le programme que tu zappes ?
XV : J’évite les émissions de sport parce que je ne peux pas les regarder de manière neutre, je suis obligé de juger et généralement les jugements ne sont pas bon.
– Ton animateur/chroniqueur préféré :
XV : J’ai un respect immense pour Arthur par rapport à tout ce qu’il a fait. Il a réussi à imposer une émission complètement nulle mais que j’adorai à l’époque : L’Émission impossible. Et je trouve très fort les gens du petit journal, je trouve courageux ce qu’ils font.
– Une compétition que t’aimerai bien commenter ?
XV : Je la fais.
– Selon toi, entre quelles équipes se jouera la finale cette année?
XV : San Antonio – Cleveland
– Le vainqueur ?
XV : San Antonio
– La plus belle action que tu aies commentée lors d’un match ?
XV : Ray Allen, match 6 il y a 2 ans et le dunk de DeAndre Jordan, complètement fou sur le pauvre Brandon Knight.
– Vainqueur d’un 1 vs 1, Rémi Reverchon ou Xavier Vaution ?
XV : Je l’éclate !
– As-tu un petit rituel avant de commenter un match ?
XV : Me marrer, me marrer avec mon consultant et mes potes avant.

Propos recueillis par Mohamed et retranscris par Marine pour Mediasportif.

A propos de marine ziss

Avatar
Férue de sport, passionnée par l'actualité et les enjeux médiatiques.

10 commentaires

  1. Avatar

    Super itw ! Xavier Vaution, un journaliste que je surkiffe, qui forme un trio avec Rémi Reverchon et Jacques Monclar (sans oublier Patrux, Singleton, Micoud, évidemment…) qui fonctionne à merveille. Parfois légèrement complexe pour des peu habitués de la NBA comme moi (même si ça se comprend), vos émissions sont tout de même très enrichissantes et se consacrent sur l’essentiel, comme on le veut. Continuez comme ça, M.Vaution 😉

  2. Avatar

    Bel interview. J’aurai quand même souhaité voir une réponse claire concernant George Eddy, car il semble que BeIn n’a fait aucun effort pour le récupérer, et certains parlent d’une mauvaise relation entre lui et Xavier Vaution.

    • Mohamed

      Merci!
      Pour la relation je ne sais pas, mais je pense que c’est pas beIN qui ne voudrait pas mais c’est le montant pour le faire venir qui bloque. Comme G.Eddy l’indiquant dans une vielle interview, il est en CDI chez C+ avec plus de 30ans d’ancienneté, donc le débaucher coutera très cher.

  3. Avatar

    Et 900 000€pour l’Euroligue. Donc, effectivement, c’est cher par rapport au spectacle d’une D2 au niveau européen…A moins que le statut de Paris-Levallois prenne de l’ampleur.
    D’un autre coté, ce n’est pas non plus démentiel pour se dire la chaine du basket…

    • Mohamed

      Cela dépend du traitement qu’ils voudront en faire, car 6M€ pour 2 matchs par journée ça peut faire réfléchir…tout dépend des abos que ça génère.

  4. Avatar

    Bel interview. C’est combien la Pro A ? Après, ce serait l’occasion pour beIN Sports de devenir la chaîne du Basket.

    • Mohamed

      Merci!
      L’Équipe estimait à 6M€ annuel le contrat entre C+ et la LNB, sans les coûts de production. On parle d’environ 4M€ pour la NBA sur beIN.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.