mardi , 14 novembre 2017

Royaume-Uni : les droits TV de la Ligue des champions (2018-2021) explosent

Le cycle de droits à venir s’annonce comme le plus lucratif de l’histoire pour l’UEFA

BT Sport, actuel diffuseur des joutes intercontinentales de clubs au delà de la Manche, a renouvelé son accord d’exclusivité avec l’UEFA pour 3 saisons à compter de 2018, et ce désormais sans le diffuseur gratuit ITV qui disposait des meilleurs moments des rencontres.

Plus de 100M€ par an d’augmentation 

Pour renouveler la diffusion des matchs face à la concurrence de Sky, l’opérateur a dû augmenter fortement son chèque auprès de l’instance européenne. Ainsi, pour l’intégralité de la Ligue des Champions, de l’Europa League et de la Super Coupe, il en coûtera 394M£ par saison, soit plus de 456M€, contre 346M€ annuels à présent (299M£). Cette inflation intervient alors que Sky et BT se partagent la Premier League sur le marché domestique pour plus de 2,3Mds€ annuels jusqu’en 2019.

Le début d’une longue série d’appels d’offres

Partout en Europe, l’UEFA espère voir ses revenus croître considérablement, principalement pour sa compétition majeure, la Ligue des Champions qui verra des rencontres disputées à 19h.

Outre la France pour laquelle un duel à trois possiblement explosif pour les coûts des droits s’annonce au printemps (Canal+, beIN SPORTS et SFR), l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse devraient être les prochains marchés concernés par les appels d’offres. Le marché outre-Rhin sera particulièrement scruté, puisque il reste l’un des derniers territoires puissants sur lesquels la compétition prestigieuse est visible en clair via les chaînes publiques couplées a l’opérateur payant Sky.

A propos de M.R.

Télézappeur

5 commentaires

  1. Faut-il y voir une préfiguration du cas français ? En effet SFR suit sensiblement la même stratégie que BT sport en utilisant le foot (et peut être le sport en général) comme produit d’appel pour ses abonnements internets… si SFR décide de se lancer effectivement sur le marché des compétions continentales, alors cela promet une bataille acharnée avec Bein et Canal… d’autant que l’appel d’offre de la ligue 1 se profile à l’horizon… il me semble que ni bein, ni canal ne sortiraient indemne de la perte de l’un de ces droits dits « premium »…

    • Le gros soucis qui se pose, est que BIS commence à avoir plus que 4 séries de sports. Si ils perdent la champions League. Ils auront moins d’attractivités pour faire ramener des clients à leurs groupes car Ils n’ont plus assez de sports premium. Mais Canal+ est sur le même point si ils perdent la Formule 1. Donc, 1 des 2 groupes perdra gros contre SFR. 3 groupes de prémium c’est un de trop.

  2. Si même un marché puissant comme le Royaume Uni se passe d’un diffuseur en clair, alors que dans un article on regrettait la marginalisation de la C1… (http://www.mediasportif.fr/2016/04/15/royaume-uni-un-cadre-de-luefa-regrette-la-marginalisation-de-la-champions-league/)

    Ça en devient inquiétant pour l’avenir de la compétition, surtout quand la concurrence asiatique commence à émerger.

    • Oui je me souviens de cet article… Dès qu’on y met le prix, les beaux discours passent au second plan… J’espère que CANAL+ arrivera à garder au moins la meilleure affiche par journée de C1… Et que l’Europa League soit toujours diffusé en clair ! La perte de la C1 serait vraiment le coup qui mettrait K.O. la chaîne cryptée.

Laisser un commentaire